Verstappen : L'ère McLaren a incité Honda à débuter prudemment

Scott Mitchell
motorsport.com

Red Bull, l'équipe de  en Autriche, où l'aileron avant revu a été implémenté sur la monoplace qui a, dans le même temps, reçu une nouvelle évolution du moteur Honda.

Lire aussi :

Yamamoto : Honda fait au mieux pour assurer son avenir en F1

Faire défiler pour accéder au contenu
Annonce

"Je suis évidemment heureux de ce début de saison", a déclaré Verstappen à Motorsport.com. "Au début du nouveau partenariat avec Honda, j'étais très prudent. Je savais qu'il y avait des gens talentueux et qu'ils auraient de bons résultats, mais nous avons eu aussi nos problèmes personnels en début d'année, puisque la voiture n'était pas exactement au niveau voulu, pour une raison que j'ignore. Nous avons continué à travailler dur, l'usine a aussi poussé avec de nouvelles pièces pour la voiture très rapidement."

"Bien sûr, Adrian [Newey] en était le principal responsable et je pense que nous avons rapidement fait une voiture qui était de nouveau sympa à piloter. Dès l'Autriche, où nous avions de nouvelles pièces, il a semblé que nous avions pris une nouvelle direction, où nous avons enfin pu pousser la voiture. Je pense aussi que nous avons commencé à tirer davantage du moteur, car j'ai senti que Honda ne voulait pas de casses. On peut voir que nous poussons davantage, mais [le moteur] va toujours bien. Mais après toutes les choses négatives qu'ils ont eues avec McLaren, avec des casses du moteur et d'autres choses, ils étaient un peu prudents, et je pense que c'est la bonne approche."

Lire aussi :

Albon chez Red Bull : "C'est surréaliste !"

Entre la première cours de la saison, en Australie, et le Grand Prix de France, qui a été la dernière course avant le changement dont parle Verstappen, il a signé deux podiums, a terminé cinq fois quatrième et une fois cinquième. Lors des quatre courses qui ont suivi, il a gagné deux fois, terminé une fois deuxième, et franchi la ligne d'arrivée cinquième en Grande-Bretagne ; et il ne faut pas oublier qu'à Silverstone, il visait le podium avant de se faire harponner par .

"Quand vous commencez à faire progresser la voiture et à vous rapprocher, vous avez besoin de ce petit surplus [du moteur], car Ferrari le fait, tout comme Mercedes dans une certaine mesure", poursuit Verstappen. "Nous avions besoin de ce petit extra pour faire cela, et maintenant, soudainement, nous sommes dans la bataille. Comme vous avez pu le voir en Autriche, la voiture revivait en course et nous volions. À Silverstone, nous aurions normalement dû finir deuxièmes, mais je n'ai pas pu montrer mon rythme car j'ai été coincé et je me suis battu avec Charles [Leclerc]."

À lire aussi