Verstappen : "L'année prochaine sera une autre année difficile"

Basile Davoine
·2 min de lecture

Solide troisième d'un championnat 2020 dans lequel il est le seul à opposer une véritable résistance aux Mercedes en piste, ne se laissera pas aller sur le terrain des illusions perdues. Parfaitement conscient du contexte de la prochaine intersaison, le Néerlandais prévient d'ores et déjà : se battre pour le titre mondial en 2021 ne sera pas plus réaliste que cette année. Le gel partiel des monoplaces limitera les possibilités de développement l'hiver prochain et le pilote Red Bull incite plutôt son écurie à un changement d'approche pour l'avenir.

Des mécaniciens Red Bull sur la grille avec la monoplace de Max Verstappen, Red Bull Racing RB16

Des mécaniciens Red Bull sur la grille avec la monoplace de Max Verstappen, Red Bull Racing RB16<span class="copyright">Andy Hone / Motorsport Images</span>
Des mécaniciens Red Bull sur la grille avec la monoplace de Max Verstappen, Red Bull Racing RB16Andy Hone / Motorsport Images

Andy Hone / Motorsport Images

"Je suis au milieu de nulle part dans ce championnat", décrit-il quant à sa situation dans la hiérarchie. "Pour ma part, je n'ai jamais pensé que j'étais à la lutte pour le titre. Je terminerai troisième si les abandons s'arrêtent. Globalement, c'est notre place. Peu importe si nous sommes troisièmes à 60 ou à 10 points, nous sommes plus lents. Nous devons apprendre des raisons pour lesquelles nous avons ces problèmes, car compter trois abandons [quatre après Imola, ndlr] n'est pas une bonne chose. Nous devons juste essayer de faire mieux."

"Nous essayons de tirer 110% de la voiture, mais elle n'est pas capable de suivre une Mercedes, et c'est pour cela qu'il y a parfois des tête-à-queue. Nous avons essayé de travailler sur certaines choses pour améliorer la stabilité de la voiture, car au début surtout, elle était un peu imprévisible, mais désormais elle n'est pas impossible à piloter. C'est une voiture conduisible mais il est parfois dur d'accepter que la troisième place soit la meilleure. Je tente toujours ma chance quand je vois une opportunité d'en tirer un peu plus."

Néanmoins Verstappen refuse tout discours qui le poserait en victime de la domination outrageuse de Mercedes. Le Néerlandais assure n'en retirer aucune frustration, mais plutôt une soif de redoubler d'efforts pour qu'un jour Red Bull soit en mesure de se hisser au niveau du constructeur allemand.

"Non, ça ne me frustre pas", insiste-t-il. "J'ai énormément de respect pour ce qu'ils ont accompli. Je ne suis pas frustré de voir Lewis [Hamilton] dans une Mercedes. Pour être franc, 90% du plateau pourrait gagner avec cette voiture. Ce n'est pas contre Lewis, c'est un grand pilote, mais la voiture est très dominatrice. OK, peut-être que les autres ne domineraient pas autant que Lewis le fait, mais on accepte la situation et on essaie d'en tirer le meilleur. Je ne suis pas frustré. Je suis davantage concentré sur ce que nous pouvons faire pour essayer de les battre."