Verstappen : "Pérez s'est sorti tout seul"

Basile Davoine
·2 min de lecture

Troisième d'un Grand Prix du Portugal aux premiers tours très animés, , qui n'a compromis que la course du Mexicain avant que l'incident ne soit classé sans suite par les commissaires.

Lando Norris, McLaren MCL35, Kimi Raikkonen, Alfa Romeo Racing C39, Max Verstappen, Red Bull Racing RB16, et Charles Leclerc, Ferrari SF1000

Lando Norris, McLaren MCL35, Kimi Raikkonen, Alfa Romeo Racing C39, Max Verstappen, Red Bull Racing RB16, et Charles Leclerc, Ferrari SF1000<span class="copyright">Mark Sutton / Motorsport Images</span>
Lando Norris, McLaren MCL35, Kimi Raikkonen, Alfa Romeo Racing C39, Max Verstappen, Red Bull Racing RB16, et Charles Leclerc, Ferrari SF1000Mark Sutton / Motorsport Images

Mark Sutton / Motorsport Images

Bien que chaussé des pneus tendres, Verstappen a mis du temps à pouvoir les faire monter en température et a dans un premier temps subi la loi des McLaren. "C'était un désastre, je n'avais aucune adhérence, et soudainement les McLaren se mettaient à voler", décrit-il. "Elles volaient, littéralement. J'ai perdu des places mais je ne voulais pas prendre trop de risques, car normalement on ne se bat pas contre eux en course. Ce premier tour était incroyable, clairement. J'ai essayé de me tenir à l'écart des difficultés."

Tout est rentré dans l'ordre en quelques tours et le Néerlandais a repris l'avantage sur , mais n'a en revanche rien pu faire devant le rythme une nouvelle fois supérieur des Mercedes.

"J'ai repris la troisième place et, très rapidement, mon pneu avant gauche s'est retrouvé mort, il y avait beaucoup de graining et j'ai dû rentrer au stand", explique le pilote Red Bull. "Une fois les mediums chaussés, ça allait, le rythme n'était pas trop mauvais. Il m'a fallu quelques tours pour être dedans, mais le vent changeait également beaucoup de direction d'un tour à l'autre. Un coup ça allait dans un virage, et le tour suivant il y avait du survirage. Ça n'a pas facilité les choses. Mais une fois les pneus en température, le rythme était bon et je me suis échappé par rapport aux voitures derrière pour faire ma propre course."

Verstappen a terminé à 34 secondes du vainqueur . Red Bull avait fait le choix de s'élancer en pneus tendres et Mercedes en pneus mediums, et l'écurie autrichienne admet avoir probablement commis une erreur sur ce point. "Les pneus tendres était difficiles à faire fonctionner, et les mediums semblaient être les meilleurs", confie le directeur d'équipe Christian Horner. "Je pense qu'avec le recul, si nous recommencions les qualifications, nous chercherions plutôt à nous élancer en mediums."

Le départ du GP du Portugal