Verstappen s'impose au Brésil, Gasly deuxième !

Formula One F1 - Brazilian Grand Prix - Autodromo Jose Carlos Pace, Interlagos, Sao Paulo, Brazil - November 17, 2019 Race winner Red Bull's Max Verstappen celebrates on the podium with second placed Toro Rosso's Pierre Gasly REUTERS/Ricardo Moraes
Formula One F1 - Brazilian Grand Prix - Autodromo Jose Carlos Pace, Interlagos, Sao Paulo, Brazil - November 17, 2019 Race winner Red Bull's Max Verstappen celebrates on the podium with second placed Toro Rosso's Pierre Gasly REUTERS/Ricardo Moraes

FORMULE 1 - Au terme d’une course devenue de plus en plus dingue au fil des tours, Max Verstappen a remporté la 8e victoire de sa carrière, devant le Français Pierre Gasly, qui signe son premier podium dans la catégorie reine.

Faire défiler pour accéder au contenu
Annonce

Le titre mondial était joué depuis un moment déjà, et officiellement attribué à Lewis Hamilton depuis le dernier GP aux Etats-Unis, mais c’est bien connu, il se passe toujours quelque chose à Interlagos. Le Grand Prix du Brésil a ainsi donné lieu ce dimanche à une course à rebondissements, l’une des plus incroyables de la saison en termes de scenario, mais aussi de résultat, puisque sur le podium, Max Verstappen, qui signe sa 3e victoire en 2019, et Hamilton (3e à l’arrivée, mais finalement 7e en raison d’une pénalité) étaient accompagnés d’un invité surprise, le Français Pierre Gasly, qui signe avec cette 2e place le meilleur résultat de sa carrière !

Pour en arriver là, le Normand, déjà performant en qualifs (7e, mais 6e sur la grille en raison de la pénalité de 10 places infligée à Charles Leclerc), a évidemment réalisé une très belle prestation sur la piste de Sao Paulo, maintenant avec brio et quasiment de bout en bout sa position de “best of the rest” (meilleur pilote hors tops teams). Mais il a aussi, forcément, bénéficié de circonstances favorables.

Verstappen avec autorité

En intégrant le top 6 après seulement dix tours, Charles Leclerc avait ainsi rétabli la hiérarchie habituelle du plateau, avec les Red Bull, les Ferrari et les Mercedes à l’avant, et tous les autres loin derrière. Parti en pole, Max Verstappen avait immédiatement pris les devants, mais changé de dauphin dès le premier virage, Lewis Hamilton grillant la politesse à Sebastian Vettel. Le Néerlandais calquait donc sa stratégie sur celle de l’Anglais et rentrait un tour après lui pour son premier arrêt.

Gêné à sa sortie des stands par la Williams de Robert Kubica, Verstappen perdait cependant la tête dans l’affaire. Qu’à cela ne tienne, il allait la reprendre un tour plus loin, au prix d’un dépassement plein d’autorité sur le désormais sextuple champion du monde. Hamilton restait en embuscade et allait faire tout son possible pour mettre la pression sur l’impétueux Batave. Sans succès. Après la deuxième valse d’arrêts aux stands, Verstappen était bien accroché à la P1, devant Hamilton et Vettel, comme en début de course.

Ferrari, la catastrophe

Derrière les trois leaders, Leclerc, sur une stratégie décalée, avait réussi à grappiller la P4 et résistait de toutes ses forces aux attaques de Bottas. Le moteur de la Mercedes du Finlandais n’allait pas y résister. A vingt tours de l’arrivée, le 2e du Championnat du monde abandonnait et relançait tout en provoquant l’intervention de la safety car. Comme Leclerc, Verstappen en profitait pour repasser par les stands, mais pas Hamilton. L’Anglais voyait cependant le Néerlandais reprendre son bien dès le restart alors que dans le même temps, Albon surprenait Vettel et s’emparait de la P3, à une dizaine de tours de l’arrivée !

Tandis que Verstappen s’envolait vers la victoire, le suspense s’intensifiait pour les places d’honneur avec une bagarre royale entre quatre pilotes roues dans roues (Hamilton, Albon, Vettel, Leclerc). Au 65e tour (sur 71), la course prenait même un tour tragi-comique avec l’accrochage entre les deux Ferrari, obligeant les deux monoplaces à l’abandon et la voiture de sécurité à une nouvelle sortie ! Hamilton décidait alors de repasser par les stands mais ressortait derrière Albon et... Gasly, “best of the rest” soudainement sur le podium provisoire. Au restart, à deux tours du but, l’Anglais avalait le Français, puis passait à l’assaut de la Red Bull d’Albon ! Là encore, la passe d’armes s’achevait sur une collision, le champion du monde mettant le Thaïlandais hors jeu. Gasly en profitait de son côté pour doubler Hamilton, puis pour résister aux attaques de la Mercedes, légèrement endommagée, au cours d’un dernier tour irrespirable. Hamilton ayant finalement été déclassé suite à son harponnage sur Albon, le pilote Toro Rosso aurait de toute manière terminé deuxième, mais il a eu le mérite de tenir le résultat “à la régulière”. Quoi qu’il en soit, le Rouennais n’aurait sans doute jamais imaginé décrocher son premier podium dans de telles circonstances en début de saison, alors qu’il s’apprêtait à faire ses débuts chez Red Bull (qui, rappelons-le, l’a renvoyé dans son écurie satellite cet été, au profit d’Albon)...

À lire aussi