Verstappen et Stroll échappent à une sanction

Basile Davoine
·2 min de lecture

Tous les deux impliqués dans un accrochage lors de la deuxième séance d'essais libres du Grand Prix du Portugal, ont livré leur version des faits aux commissaires sportifs à Portimão. Les deux pilotes avaient provoqué un drapeau rouge à 25 minutes du terme de la séance, le Néerlandais tentant de passer à l'intérieur au premier virage tandis que le Canadien a fermé la porte, semblant ne pas avoir vu la Red Bull qui commençait à arriver à sa hauteur en bout de ligne droite.

Lire aussi :

EL1 - Bottas devance Hamilton à Portimão EL2 - Bottas en tête, Gasly en feu, Verstappen en colère

Après avoir entendu les deux hommes, les commissaires ont décidé de n'infliger aucune sanction, estimant qu'aucun d'entre eux n'était plus responsable que l'autre.

"Stroll était dans un tour rapide et pouvait dépasser Verstappen dans le tour précédent l'incident", font-ils remarquer dans leur rapport. "Compte tenu des informations données par son équipe et des pratiques habituelles, Verstappen a supposé que Stroll lèverait le pied au tour suivant et a entamé un dépassement dans la ligne droite principale. Cependant, son équipe a demandé à Stroll de se lancer dans un second tour rapide."

"Stroll a supposé que Verstappen lèverait le pied pour laisser de l'écart, là aussi comme le veut la pratique habituelle, et ne s'attendait pas à un dépassement de Verstappen. Lors de l'audience, les pilotes ont tous les deux convenus que c'était la conséquence d'une incompréhension et qu'avec le recul, tous les deux auraient dû contribué à éviter l'incident."

L'incident en lui-même a fait polémique, mais c'est également le cas de la réaction instantanée de Verstappen à la radio, qui a usé de noms d'oiseaux tels que "mongol" et "attardé" à l'encontre de Stroll. Ce dernier n'a en revanche pas dit grand-chose une fois coincé dans le bac à gravier, si ce n'est qu'il n'avait rien vu.

Pour Christian Horner, directeur de Red Bull Racing, les torts sont partagés. "On peut dire que les deux ont joué un rôle", a-t-il estimé au micro de Sky Sports. "Max part du principe que Lance va ralentir, il ne sait pas que Lance fait un deuxième tour [rapide]. On a vu Lance regarder son volant, il n'est peut-être même pas conscient que Max est là. Les deux côtés vont faire valoir leurs arguments, mais je pense qu'on peut probablement dire que c'est du 50/50. C'est tout."

"Je pense que l'un s'attendait à ce que l'autre ralentisse. Il est probable que les deux s'attendaient à ce que l'autre ralentisse. Mais si c'était une course, Max aurait été considéré comme étant à l'intérieur, et par conséquent, la voiture à l'extérieur aurait dû lui laisser de la place."