Veselin Vujovic, coach de l'Iran : « Ne pas perdre de plus de vingt buts » face à la France au Mondial

Veselin Vujovic est une légende du hand, champion olympique en 1984 et du monde en 1986 avec la Yougoslavie. (A. Martin/L'Équipe)

Le légendaire entraîneur monténégrin sait que la tendre Iran ne pourra pas grand-chose contre la France, ce vendredi (18 heures) au Mondial en Pologne, dans le cadre de la 2e journée du tour principal.

« Qu'espérez-vous de ce premier match de l'histoire contre la France, championne olympique et invaincue jusque-là, ce vendredi à Cracovie (18 heures) ?
On va commencer fort, croyez-moi ! À cent pour cent. Et on va se battre pour ne pas perdre de plus de vingt buts (rire).

Quelles sont les attentes de l'équipe d'Iran (dernière du groupe I, 3 défaites) pour son second Mondial, huit ans après la 21e place en 2015 ?
Notre objectif était d'atteindre le tour principal. On a donc créé l'histoire en y parvenant. C'est incroyable pour nos joueurs. Pour certains, c'est la première fois de leur vie qu'ils sortent de leur pays. Tout est nouveau, différent pour eux. Ce n'est pas facile pour nous car contre la Slovénie (21-38, mercredi dernier), on avait trois joueurs blessés et deux malades. Ça n'aurait rien changé mais c'est tout de même plus simple en tant que coach d'avoir tous les joueurs. Mais que puis-je faire ?

lire aussi : Calendrier, résultats et classement du groupe I

Quel est le niveau de la Ligue iranienne ?
Ils ont une bonne Ligue, de douze équipes, mais ils ont besoin de disputer plus de matches internationaux. Ils ont de bons jeunes joueurs mais ils ne jouent qu'une fois par an des matches internationaux. Les joueurs ne sont pas amateurs, pros. Ils s'entraînent tous les jours, le matin.

En Iran, c'est compliqué pour le hand de lutter contre le volley ?
Le volley en effet est d'un niveau nettement plus élevé (sourire).

Quant à vous, vivez-vous en Iran ?
Non, j'y vais pour les stages, pour les camps d'entraînement. Le reste du temps je vis en Serbie.

Avez-vous eu une longue préparation avant ce Mondial ?
Pas beaucoup mais suffisamment. On a démarré le 12 décembre (la France, elle, a entamé sa préparation le 26 décembre). »

lire aussi : Bleus : Briet, comme un vent de fraîcheur