Vettel pense que la victoire était jouable en pneus slicks

Basile Davoine
·1 min de lecture

, qui s'est ensuite envolé vers la victoire et son septième titre en ne changeant pas ses pneus intermédiaires.

Le vainqueur Lewis Hamilton, Mercedes F1 W11 avec le troisième Sebastian Vettel, Ferrari

Le vainqueur Lewis Hamilton, Mercedes F1 W11 avec le troisième Sebastian Vettel, Ferrari <span class="copyright">Andy Hone / Motorsport Images</span>
Le vainqueur Lewis Hamilton, Mercedes F1 W11 avec le troisième Sebastian Vettel, Ferrari Andy Hone / Motorsport Images

Andy Hone / Motorsport Images

Le pilote Ferrari est passé deux fois aux stands pendant cette course, et admet avoir envisagé de chausser les pneus slicks dans les derniers tours. Un pari qu'il n'a pas tenté car les prévisions laissaient craindre une nouvelle averse en toute fin de course.

"À 20 tours de la fin, je pensais aux pneus secs, car le circuit séchait constamment et les pneus étaient usés, ils étaient comme des slicks", précise-t-il. "Je crois que ça vient du fait que personne n'a osé les chausser, et il y avait des prévisions de pluie, qui n'est jamais arrivée. J'aurais vraiment aimé les passer, car je crois que nous aurions eu une chance de gagner, mais je suis content d'être troisième."

Parti pour finir quatrième, Vettel a saisi l'occasion quand Pérez s'est raté à la sortie du virage 10, provoquant du même coup une erreur de Leclerc. Le Mexicain a conservé sa deuxième place, mais la hiérarchie s'est inversée entre les Ferrari.

"J'ai vu que Charles était assez proche de Sergio, et je savais que Sergio avait du mal avec ses pneus", ajoute Vettel. "Dans les tours précédents, j'étais déjà en chasse derrière eux et je les voyais se battre. Dès que j'ai vu Charles bloquer ses roues, j'ai perçu une opportunité. C'était très serré aussi avec Sergio. Je crois qu'il n'avait plus de pneus."