Viñales alerte : Yamaha n'a "pas les armes" pour lutter avec Suzuki

Vincent Lalanne-Sicaud
·2 min de lecture

Avec 19 points de retard sur reste un prétendant au titre, mais le pilote Yamaha se montre pessimiste après deux manches difficiles au MotorLand Aragón, au cours desquelles il n'a décroché aucun podium. Le pilote espagnol pense que la forme actuelle de Yamaha ne lui permet pas de croire réellement à la couronne mondiale.

"Avec ces résultats inconstants et les sensations que j'ai sur la moto, ce sera dur de gagner ce titre. Très, très dur", estime Viñales. "On a fait beaucoup d'erreurs, sur le plan technique aussi. On verra. Je ne peux pas trop en dire parce que la moto n'était pas bonne [au GP de Teruel], j'ai eu beaucoup de problèmes. Il y a encore des choses que je ne comprends pas, comment j'ai pu être si rapide en EL4 et ne pas refaire ces chronos en course. Je dois garder mon calme, donner les meilleures informations à Yamaha et ensuite nous nous concentrerons sur Valence. C'était très mauvais [en Aragón], mais nous pouvons faire mieux à Valence."

Maverick Vinales, Yamaha Factory Racing

Maverick Vinales, Yamaha Factory Racing<span class="copyright">MotoGP</span>
Maverick Vinales, Yamaha Factory RacingMotoGP

MotoGP

Viñales est en difficulté avec la Yamaha version 2020

Franco Morbidelli a pourtant pu s'imposer avec une Yamaha au Grand Prix de Teruel, mais l'Italien dispose de la version 2019 de la machine. Viñales doit pour sa part composer avec une M1 qu'il juge plus difficile à manier.

"La moto de cette année est un peu plus difficile, pas seulement pour moi mais aussi pour les autres pilotes. Ils ont aussi des difficultés avec cette moto. Cela a été identifié [aux tests en] Malaisie [en février]. C'est la moto qu'on a, on doit faire avec. Le championnat reste ouvert, on doit être bons, trouver quelque chose de magique, être rapides et c'est tout. Je ne peux pas penser à la moto de l'an dernier. J'ai dit ce que je pensais à Yamaha, ils m'écoutent. On verra, mais j'espère que nous ne [referons] pas la même erreur."

Lire aussi :

Morbidelli : Le titre ? "Irrationnel ne veut pas dire impossible"

"L'an dernier, j'étais en difficulté parce que j'avais trop de frein moteur", rappelle-t-il. "Le pneu était sollicité au freinage et pas à l'accélération. À l'accélération, la moto 2019 avait une traction fantastique [puis] nous avons eu la moto 2020. On doit faire avec ce qu'on a, c'est sûr que ce n'est pas le meilleur package possible en ce moment. Je verrai à Valence, avec un nouvel état d'esprit, pour tout donner, et on verra. C'est la même chose. On sait qu'on doit faire un gros changement. Si on règle [le problème], on verra ce qui n'a pas marché en Aragón. Il faut être concentré, motivé, et tout donner, et on verra si on fait la même erreur ou si on peut un peu mieux travailler."