Viñales : La moto que j'ai pilotée jusqu'ici était trop grande pour moi

Oriol Puigdemont
motorsport.com

La différence de poids et de taille entre Maverick Viñales et Valentino Rossi est évidente. Alors que le premier cité plafonne à 1,71m, le second culmine lui environ à 1,80m. Un écart qui n'est pas sans conséquence puisqu'il implique que la moto idéale pour l'un des pilotes ne l'est pas pour l'autre.

Au long de ses deux premières saisons en tant que pilote officiel Yamaha, Viñales a adopté son style à un prototype qui avait été élaboré pour Rossi et Lorenzo. Cependant, celui qui arbore désormais le numéro 12 (et dont le contrat avec Yamaha court jusqu'en 2020), souhaite que le constructeur japonais lui fournisse une moto adaptée à sa morphologie.

Lire aussi :

Faire défiler pour accéder au contenu
Annonce

Rainey : Les années difficiles peuvent rendre Viñales plus fort

"Depuis que j'ai reçu le feu vert de Yamaha, j'ai demandé une moto plus petite car celle que j'ai pilotée jusqu'ici était trop grande pour moi", a expliqué Viñales à Motorsport.com.

"Je me souviens que la Suzuki me correspondait parfaitement, jusqu'à la moindre pièce, alors qu'avec la M1, j'ai senti que j'étais débordé par la moto", ajoute l'Espagnol. Ce dernier est à présent au milieu d'une période de changements qui vont affecter différents éléments de sa structure : Esteban García va remplacer Ramón Forcada en tant que chef-mécanicien, et Wilco Zeelenberg sera remplacé par Julián Simón en tant que nouvel ingénieur de piste de Viñales.

Besoin d'être plus directif

Si on laisse de côté l'aspect humain et le changement de numéro opéré cet hiver, l'Espagnol souhaite que Yamaha trouve des réponses à ses demandes techniques. En ce sens, le fait de réduire les dimensions de la moto signifiera que l'usine est prête pour le travail.

"C'est difficile de changer la moto dans son ensemble, mais si on prend l'exemple du moteur, certains détails et certaines choses au niveau de l'aérodynamique, je pense que la différence peut être très importante", explique celui qui fêtera ses 24 ans demain, le 12 janvier. Celui-ci assure qu'il sera plus clair dans ses discours et dans ses demandes, de sorte d'éviter de désorienter son équipe.

"Au début de l'année, j'aurais dû être plus convaincant au niveau des décisions techniques. Par exemple quand j'ai demandé d'avoir de nouveau le moteur de 2016. Je n'ai pas été suffisamment têtu, et je l'ai payé cher", conclut Viñales.

Lire aussi : 

Viñales : "La tension ressentie avec Forcada n'était pas nécessaire"

" width= <span class="copyright">Motorsport.com</span>
" width= Motorsport.com

À lire aussi