Victoire inutile de l'Uruguay contre le Ghana, tous les deux éliminés

Sebastian Coates et Edinson Cavani ne verront pas les huitièmes de finale. (N. Luttiau/L'Équipe)

La Celeste a longtemps cru que le doublé victorieux de De Arrascaeta face au Ghana (2-0) l'enverrait en huitièmes de finale. Mais la victoire de la Corée du Sud (2-1) face au Portugal l'a éliminée, comme les Black Stars.

Après son match nul contre la Corée du Sud (0-0) et sa défaite face au Portugal (0-2), l'Uruguay a marqué ses premiers buts en Coupe du monde et battu le Ghana (2-0). Mais ce succès n'a pas suffi, il aurait fallu aux partenaires d'Edinson Cavani et de Luis Suarez l'emporter 3-0 pour ravir la deuxième place du groupe aux Sud-Coréens. La déception est immense pour le double Champion du monde (1930 et 1950) qui s'est battu jusqu'au bout pour inscrire sans succès le troisième but. Une déception partagée par les Black Stars des frères Ayew, qui ont pourtant eu l'occasion d'ouvrir le score à la 21e minute lorsque M. Siebert leur a accordé un penalty, après avoir eu recours au VAR, pour une faute de Rochet sur Kudus.

lire aussi : Le film de Ghana-Uruguay

Mais André Ayew, le seul rescapé du quart de finale de la Coupe du monde 2010, déjà fatal au Ghana contre l'Uruguay pour une histoire de penalty raté (par Gyan il y a douze ans), l'a frappé trop mollement à la gauche de Rochet, parti du bon côté. La physionomie du match a radicalement changé après ce fait de jeu et tourné en faveur de la Celeste et de Giorgian De Arrascaeta, le milieu offensif de Flamengo, auteur d'un doublé en six minutes (26e et 32e). Si son premier but doit beaucoup aux erreurs de la défense centrale ghanéenne, le second est intervenu à l'issue d'un mouvement collectif de toute beauté, initié par l'excellent Pelestri, puis astucieusement relayée par Darwin Nunez et Luis Suarez, avant que le héros malheureux ne conclut d'une magnifique volée. Jusqu'à la 91e minute du match entre le Portugal et la Corée du Sud, la Celeste a donc cru que c'était bon. Avant que tout ne s'écroule.

Lire sur L'Équipe

VIDÉO - Dalic : « Le Japon est tout sauf un adversaire facile »