Victor Martins, champion du monde de F3 : « L'idée est toujours de rouler en F1 »

Victor Martins a été sacré champion du monde de F3 à Monza, ce dimanche. (S. Mantey/L'Équipe)

Le Français, protégé d'Alpine, a remporté ce dimanche à Monza d'un souffle le titre de F3. Il espère à terme courir en F1 avec l'équipe française.

Les minutes ont été très longues. « Horrible », avoue-t-il trempé de champagne et drapé dans un drapeau tricolore. Victor Martins est champion mais il a dû attendre jusqu'au bout du bout. Samedi soir, la FIA s'est pris le cerveau dans les calculs de grille ; dimanche matin, c'est dans les feuilles de chrono et les applications très tardives des pénalités infligées au malheureux Victor Martins qui voyait, sous drapeau rouge et alors que la course ne repartirait pas, son rêve de devenir champion s'envoler au rythme des secondes qui le faisaient reculer.

lire aussi

Victor Martins sacré champion du monde de F3

Finalement, il est sacré. Et c'était l'objectif. « J'avais annoncé en début d'année que j'étais le favori, raconte-t-il très calmement. Même quand au milieu de l'été, cela fut plus difficile, avec l'équipe on a continué à y croire. » Un joli week-end à Zandvoort pour rejoindre le regretté Anthoine Hubert au palmarès des Tricolores dans cette nouvelle série et continuer de rêver.

Dans les bras de Luca De Meo

Alors qu'il traverse le paddock de la Formule 1, Victor Martins, champion du monde de karting en 2016 et de Formule Renault en 2020, mais également de France de gymnastique comme un certain Sébastien Loeb, insiste. « Avec ce titre, je devrais pouvoir continuer en F2 l'an prochain (sans doute encore chez ART), conclut-il dans un sourire. L'idée est toujours de rouler en F1. Et avec Alpine si possible. » Le timing est parfait : sa marche s'achève devant l'hospitalité de la marque française. Et, après avoir laissé échapper leur précédente pépite, Oscar Piastri, c'est le grand patron lui-même, Luca De Meo, qui vient serrer dans ses bras sa pépite. Pas question d'en perdre un second.

Isack Hadjar, l'autre Français en lice pour la couronne, termine 4e du championnat à seize points du champion. À seulement 17 ans, le membre de la Filière Red Bull, soutenu par Helmut Marko sera à nouveau au départ de la F3 l'an prochain...