VIDÉO. Catastrophe de Furiani : "Je suis contre la décision" de ne plus jouer le 5 mai, témoigne Jacques Vendroux, survivant du drame

franceinfo
Franceinfo

Jacques Vendroux, consultant football de franceinfo, présent dans le stade de Furiani le jour de la catastrophe qui a fait 18 morts en 1992, s'oppose à la décision de l'Assemblée nationale, qui veut commémorer le drame en interdisant les matches de football chaque 5 mai. Les députés ont voté cette mesure jeudi 13 février en hommage aux 18 morts et milliers de blessés causés par l'effondrement d'une tribune du stade de Furiani, le 5 mai 1992, en Corse lors d'un match de Coupe de France entre Bastia et Marseille.

"On rajoute de la peine à la peine"

"Je suis contre cette décision qui a été prise, je l'ai dit (…) Parce qu'on rajoute de la peine à de la peine", déplore Jacques Vendroux. "Le 5 mai, il n'y aura pas match de Ligue 1, de Ligue 2 et de Nationale. Je trouve que ce n'est pas bien parce qu'on est déjà tristes. Est-ce qu'on a attendu qu'il n'y ait pas de matches de football pour avoir de la peine ?", s'interroge-t-il.

Faire défiler pour accéder au contenu
Annonce

"Cet événement, ce drame, il a eu lieu il y a 28 ans. Moi, depuis 28 ans j'y pense tous les jours, témoigne Jacques Vendroux, qui a été gravement blessé ce jour-là. J'ai eu la chance de m'en sortir, il y a eu des morts, de nombreux morts, des personnes paraplégiques, leur vie a complétement (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi

À lire aussi