VIDÉO - Naples-Nice : Lees-Melou, Seri et toutes les réactions en zone mixte

Nice est tombé à Naples. Au coup de sifflet final, les Aiglons qui se sont succédé dans la zone mixte ont reconnu la supériorité des Italiens.

L'OGC Nice de Lucien Favre n'a pas pesé lourd mercredi sur le terrain de Naples, en barrage aller de la Ligue des Champions. La formation azuréenne s'est inclinée logiquement 0-2. Son revers aurait même pu être plus conséquent si les Partenopei avaient exploité toutes les opportunités qu'ils se sont créées. Après le match, les Aiglons ont été assez lucides pour reconnaitre la supériorité de leurs opposants. Ils ont constaté la différence qui les sépare du plus haut niveau, tout en gardant un petit espoir de renverser la vapeur au match retour.

Trop dur pour les Niçois !

Pierre-Lees Melou (milieu de terrain) : "C'était un match très compliqué face à une grosse équipe de Naples. Après, je trouve qu'en première période on a quand même eu quelques occasions qu'on aurait pu concrétiser en but. Ça nous aurait fait énormément du bien. Mais, c'est sûr qu'on a souffert. Les expulsions nous ont pénalisés. 2-0, ça reste jouable. On peut le faire. Concentrons-nous sur samedi. Mardi prochain, il faudra tout donner. Il y a un espoir et on n'a plus rien à perdre. A 9 contre 11, on a essayé de rester bas et compacts (...) L'expérience nous a manqué, ainsi que l'efficacité et la réussite. Mais, il n'y a rien dire sinon. Leur victoire est largement méritée (...) Koziello et Pléa ? On perd deux cadres de l'équipe".

Lucien Favre (entraineur de Nice) : "On aurait pu éviter les deux cartons rouges mais c'est un peu sévère, je pense. C'est regrettable de terminer à neuf mais, ce qui est bien, c'est d'avoir tenu parce que, à 3-0, c'était cuit. Alors que là, il y a de l'espoir (...) On s'est trop fait avoir quand ils ont joué à une touche, on a eu du mal alors à serrer les lignes. C'est très bien huilé, on voit que ça joue très, très bien. Ils ont une très grande intelligence collective et leur système fonctionne très bien. On a quand même eu deux ou trois occasions en première période. Si on en met une, ça change un peu tout".

Maurizio Sarri (entraîneur du Napoli) : "On peut dire qu'on a fait un bon match. Contre une équipe qui est plus avancée que nous au plan physique, le risque était très élevé. C'était leur quatrième match officiel et le premier pour nous. On n'a quand même pas concrétisé suffisamment nos occasion. Mais notre condition physique n'est pas optimale et c'est difficile de jouer par cette température. L'équipe crée toujours, il lui manque juste un peu d'efficacité pour marquer plus. On marque peu par rapport à ce qu'on crée. On ne s'attendait pas à leur défense à trois, même si on savait que c'était une possibilité". 

Julien Quelen, au Stade San Paolo

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages