Pour Vieira, Balotelli ne voit pas le football comme un sport collectif

L'ancien entraîneur de l'Italien à l'OGC Nice a conseillé à l'attaquant de Brescia de revoir sa conception du football pour progresser et s'épanouir.

Passé par l'OGC Nice et l'Olympique de Marseille, Mario Balotelli laissera des souvenirs indélébiles dans ces deux clubs. Pour ses buts inscrits, mais aussi et surtout pour sa personnalité hors du commun, qui ne saurait passer inaperçue, si bien sur les terrains qu'en dehors. 

Faire défiler pour accéder au contenu
Annonce

De retour en Italie cette saison, du côté de Brescia, où il a inscrit deux buts en sept rencontres de Serie A, Mario Balotelli aurait toutefois pu faire beaucoup mieux, notamment durant les six premiers mois de la saison 2018-2019, sous les ordres de Patrick Vieira. Soucieux de s'en aller, l'ancien de l'Inter Milan et de Manchester City notamment n'avait pas été à la hauteur des attentes, n'inscrivant pas le moindre but. Une période de disette qui avait été particulièrement mal vécue. 

"Cela n'a rien à voir avec son talent, car il est évident qu'il est talentueux"

À l'occasion de la cérémonie du Golden Foot Award à Monaco, l'entraîneur de l'OGC Nice Patrick Vieira est revenu sur cette collaboration avec Mario Balotelli. Et l'ancien joueur d'Arsenal en a profité pour glisser quelques conseils à Super Mario, sur sa vision globale du football notamment. 

"C'était un vrai plaisir de travailler avec Mario. Je pense que c'était difficile pour lui de comprendre que le football est un sport collectif. C'est un travail d'équipe, un effort collectif. C'est difficile pour Mario de comprendre ça. Cela n'a rien à voir avec son talent, car il est évident qu'il est talentueux. Je suis un peu déçu de ne pas avoir réussi à obtenir le meilleur de lui. Mais de son côté, il a aussi besoin de comprendre que s'il veut jouer à ce niveau, il doit faire partie d'une équipe. J'espère qu'il va le comprendre rapidement, il est encore temps pour lui", a déclaré Patrick Vieira, très à cheval sur ces valeurs collectives. 

À lire aussi