Vincent Gérard, après la victoire du PSG contre Montpellier en Coupe de France : « Une vraie joie d'avoir pu imposer notre rythme »

·2 min de lecture

Avec dix-huit arrêts, le gardien international Vincent Gérard a grandement participé à la gifle infligée par le PSG à Montpellier, en quarts de finale de la Coupe de France, ce jeudi soir à Paris (41-24).

« Ça fait quoi d'infliger une telle défaite à Montpellier (41-24) ?
On était concentrés, on sait qu'on est capables d'être très performants. Quand ça se passe comme ça que tout nous sourit, on fait souvent des gros écarts. Contre Montpellier c'est plus rare ces derniers temps. C'est une vraie joie d'avoir pu imposer notre rythme de la première à la dernière minute.

lire aussi

Paris, implacable, écrase Montpellier et fonce en demi-finales de la Coupe de France

Vous avez été stratosphérique dans les buts. Avez-vous compté vos arrêts (18) ?
Non ! J'étais concentré sur moi, je suis un peu en délicatesse avec mon bassin en ce moment. Je ne sais pas dans quel état je vais me réveiller demain matin. C'est une vraie joie, j'aime bien me rappeler au bon souvenir de Montpellier (où il a joué de 2006-2008 puis de 2015-2019).

« Il reste Nantes, Chartres et Toulouse. De toute façon faire des pronostics et des paris, ce n'est jamais bon, on verra »

Que se passe-t-il sur la fin avec Duarte, qui vous vaut deux minutes d'exclusion (36-20, 54e) ?
Sur son premier tir dans cette situation, la balle me frotte le visage et entre (dans le but). Il en fait en deuxième période, je saute, la balle tape la barre transversale. Le troisième, il tire encore au même endroit. Le quatrième, je me dis je vais y aller encore, il me tire encore dans la tête. À un moment, ce n'est pas malin comme tir. Je le lui signifie. J'ai saigné du nez. J'ai pris deux minutes, lui non, c'est donc moi qui suis en tort. Je ne suis pas pour la règle si elle passe de deux minutes (carton rouge en fait) quand un gardien prend un ballon dans la tête car ça dénature le jeu. Par contre, je suis pour que les joueurs, quand ça fait quatre fois qu'ils font un tir pas très malin, qu'on puisse leur signifier sans prendre deux minutes.

Les images de la communion entre les ultras et les joueurs du PSG

Pour la demi-finale donc le tirage au sort a lieu mardi prochain, vous avez un adversaire préféré ?
Il reste Nantes, Chartres et Toulouse. De toute façon faire des pronostics et des paris, ce n'est jamais bon, on verra. D'abord, il y a Dunkerque qui nous attend. On va se concentrer. On est où on voulait être dans cette dernière ligne droite. À nous de gagner ces matches, de la confiance et de la qualité de jeu. »

Nikola Karabatic : « Un gros plaisir »

lire aussi

Le programme et les résultats de la Coupe de France

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles