Vincent Labrune, président de la LFP : « Le football français est sauvé »

Le président de la LFP Vincent Labrune. (A. Réau/L'Équipe)

Au lendemain de la parution du rapport de la DNCG, révélant d'énormes pertes financières au sein des clubs de Ligue 1 lors de la saison 2020-2021, le président de la LFP Vincent Labrune a accordé une interview aux « Échos ». Et il est confiant pour la suite.

Au lendemain de la parution annuelle des comptes de clubs de football professionnels français par la Direction nationale du contrôle de gestion (DNCG) - révélant, entre autres, que la Ligue 1 a perdu 645 millions d'euros lors de l'exercice 2020-2021, le président de la LFP Vincent Labrune a accordé une interview au quotidien d'information économique Les Échos.

D'entrée, l'ancien dirigeant de l'Olympique de Marseille l'annonce : « Le football français est sauvé », même s'il admet que la catastrophe n'est pas passée loin. « Le football français a perdu 1,8 milliard en deux ans. Le système était en quasi-faillite. Sans l'aide de l'État, et l'implication des clubs, nous allions droit dans le mur », avoue celui qui a pris la tête de la Ligue il y a maintenant 18 mois.

« Clermont, en Ligue 1, paye plus de charges à lui tout seul que l'ensemble des clubs de la Bundesliga »

Outre le Covid-19, il juge responsables de cette situation économique « l'arrêt complet des compétitions qui a provoqué un manque à gagner de 250 millions d'euros et la défaillance de notre diffuseur Mediapro, qui nous a fait perdre 600 millions. » Avant de dénoncer « un cercle structurel vicieux » : « Depuis des décennies, le football français doit faire face à des contraintes très fortes qui nous pénalisent face aux autres grandes ligues européennes. Nous avons un marché audiovisuel domestique qui est beaucoup moins porteur que celui de nos concurrents... Par ailleurs, [...] nous souffrons enfin d'une fiscalité particulièrement lourde. Le club de Clermont, en Ligue 1, paye plus de charges à lui tout seul que l'ensemble des clubs de la Bundesliga. »

Le foot français dans le top 3 d'ici 2028 ?

Alors pour Vincent Labrune, la création d'une société commerciale avec le fonds d'investissement CVC, censé apporter 1,5 milliard d'euros, va faire rentrer le football français dans un cercle vertueux. Et il prévient : « Cet argent, c'est tout sauf un chèque en blanc pour récompenser les mauvais élèves. » Car selon lui, « la DNCG veillera à ce que les salaires ne représentent pas plus de 70 % du budget des clubs désormais. »

lire aussi

Avec CVC, la Ligue espère multiplier ses revenus par 2,3

En tout cas, Vincent Labrune a une ambition, celle de faire entrer le football français dans le top 3 européen d'ici 2028 : « Il n'y a pas de raison que le football des clubs tricolores ne soit pas au niveau de notre équipe nationale qui est championne du monde. »

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles