Vincent Milou, skateur médaillé d'argent aux X Games : « Tout va un peu plus vite qu'avant »

Vincent Milou, deuxième Français de l'histoire des X Games à décrocher une médaille en street, après Bastien Salabanzi en 2004. (ESPN)

Champion d'Europe et 4e des derniers JO, Vincent Milou enchaîne les bons résultats sur le circuit mondial cet été. Le Landais revient sur sa médaille d'argent en street (l'une des deux disciplines olympiques du skateboard) décrochée aux X Games en Californie ce week-end. Une première depuis 2004 pour un Français.

« C'est votre première médaille aux X Games...
Je suis hyper content, d'autant plus que j'étais assez focus sur l'événement depuis une semaine. Je savais ce que je voulais faire. Je suis surtout content d'avoir réussi mon run, avec les tricks que j'avais en tête. Il y avait vraiment beaucoup de niveau car le park est assez facile à skater (au CA Training Facility, à Vista, en Californie), les modules sont assez petits. Tout le monde a hyper bien skaté.

lire aussi
La vie des meilleurs skateurs français entre la Californie et la France

Racontez-nous.
J'étais premier quasi tout du long. À un moment, je me suis dit : ''merde, je vais sûrement gagner !'' (sourire). Jusqu'à ce que Shane (O'Neill, vainqueur) fasse son run. Je savais qu'avec mon run, si Shane, Nyjah (Huston) et Yuto (Horigome, champion olympique) faisaient le leur, ça allait être très serré. Et il y avait un autre truc, c'est qu'aux X Games (organisés par la chaîne américaine ESPN, sponsorisé notamment par Monster)... ils ont leurs favoris. Le jugement est assez fair-play, mais parfois, tu te poses des questions. Je ne savais pas si mon run allait être jugé pour ce que ça valait vraiment et ça a été le cas. Ils m'ont bien jugé, donc c'est cool. J'avais vu Shane, Yuto et Nyjah skater les practices (les entraînements). Ces trois-là avaient un run gagnant. Donc je savais que ça allait être serré.

Cette année, vous enchaînez les bons résultats : 2e de Tampa Pro, 4e de la Street League, 6e de la Coupe du monde à Rome. Vous le ressentez comment en compétition ?
Oui, je me sens bien. J'ai surtout très envie de skater tous les jours. C'est vraiment ça qui m'anime en ce moment. J'ai retrouvé un peu plus de goût dans ce que je fais. Je donne un peu plus de sens à ce que je fais en général. Ça me donne encore plus envie de skater et faire des nouvelles choses. Je pense que c'est ce qui fait que je skate bien. Et je suis en forme physiquement. Ça fait un moment que je savais qu'on allait avoir plein de contests d'affilée, donc je m'y suis préparé physiquement. Je me sens bien dans mon skate et moi tout court. Tout suit. C'est assez cool.

Vous aviez perdu un peu l'envie de skater tous les jours ?
Non, mais tu as des phases. Des hauts et des bas. En ce moment, j'ai vraiment envie de skater. Je ne sais pas trop comment l'expliquer. Ce sont des phases dans ta vie. Si tu es bien mentalement, tu as encore plus envie de skater. C'est comme pour tout le monde au boulot, quand ça va moins bien... Dans le sport, tu le ressens encore plus. Si dans la tête, ça ne va pas, le skate, ça ne va pas aller du tout.

Vous vous sentez plus fort que l'été dernier (4e des JO) ?
Non, pas vraiment. 4e aux JO, ça montre que j'étais bien ! Mais je grandis, j'évolue. Je suis en confiance en ce moment, du coup le skate suit. J'apprends des nouveaux tricks et je me sens assez en confiance pour les essayer en compétition. Donc c'est cool.

lire aussi
Damestoy, premier skateur français médaillé d'or des X Games : « Un honneur »

Depuis l'été dernier et les JO, qu'est-ce qui a changé dans votre vie de skateur ?
J'ai été beaucoup sollicité, je suis sans arrêt en train de voyager. C'est un peu dur de se poser. Pour le moment, j'ai lâché ma chambre que j'avais en Californie en attendant de voir ce qu'il se passe (il vit entre les Landes et la Californie). J'ai l'impression que tout va un peu plus vite qu'avant. J'ai de plus en plus de tours avec des marques (pour des shootings notamment), cette année il y a beaucoup de compétitions. Il y a la Street League (le circuit mondial le plus prestigieux en street) et les compétitions de qualifications olympiques. Plus les X Games et le Dew Tour.

Vous arrivez toujours à avoir votre équilibre entre compétitions et street (skater et filmer dans la rue) ?
Oui, complètement. C'est ce qui est cool par rapport à cette année : c'est plus intense car les compétitions s'enchaînent donc, avant l'été, je me suis beaucoup préparé pour ça, j'ai beaucoup filmé. J'ai trois vidéos part (une compilation de ses meilleurs tricks) qui sortent cette année. Et j'ai tout septembre et début octobre de libre pour filmer. Que du street pendant un mois et demi. C'est cool, c'est pas plus mal comme ça. Je divise l'année en plusieurs étapes. »

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles