Il y a vingt ans, Gaizka Mendieta se perdait à la Lazio

·1 min de lecture

Plus que n'importe quel président de foot à l'époque, Sergio Cragnotti adorait faire des folies. Lors de son arrivée à la tête de la Lazio, à l'été 1992, l'homme d'affaires avait annoncé la couleur : "Avec moi, la Lazio deviendra le plus grand club italien, et je mettrai tous les moyens en œuvre pour y parvenir." Comprendre : la carte bleue va chauffer. De fait, chaque été, Cragnotti sort le carnet de chèques, et recrute, sans compter. Tellement sans compter que la Lazio sera au bord de la banqueroute en 2004, et sera sauvée de la faillite in extremis par Claudio Lotito. Mais ça, c'est une autre histoire.

Cranotti, donc, renforce sa Lazio à coups de millions. Signori, Bokšić, Gascoigne, Salas, Vieri, Veron, Simeone, Mihajlović, Stanković, Conceição, Crespo, Claudio López : le recrutement permet au club romain de remporter la Coupe des coupes (1999), la Supercoupe d'Europe (1999), le Scudetto (2000), la Coupe d'Italie (1998, 2000) et la…

Lire la suite sur sofoot.com

SO FOOT.com
SO FOOT.com
Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles