Viol en réunion : Chris Farrell en retrait du Munster après son renvoi devant la cour d'assises de Bordeaux

Chris Farrell en action face à Toulouse en mai dernier. (Dan Sheridan/INPHO/PRESSE SPOR/PRESSE SPORTS)

Le club irlandais du Munster a annoncé, vendredi, que Chris Farrell, mis en cause dans une affaire de viol à Bordeaux en mars 2017, avec quatre autres joueurs qui évoluaient alors à Grenoble, serait écarté de l'équipe le temps de la procédure engagée en France.

Le Munster a annoncé que Chris Farrell, mis en cause dans une affaire de viol à Bordeaux en mars 2017 alors qu'il évoluait à Grenoble, ne jouerait pas avec son club le temps de la procédure judiciaire engagée en France.

« Le Munster Rugby et Chris Farrell ont décidé, d'un commun accord et avec effet immédiat, qu'il se mettra en retrait de l'équipe le temps de la procédure légale engagée en France concernant son implication en tant que témoin dans un crime commis en 2017 », a publié le club irlandais sur son site Internet.

Le joueur irlandais ainsi quatre autres joueurs - Denis Coulson, Loïck Jammes, Rory Grice et Dylan Hayes - a été renvoyé jeudi devant la cour d'Assises par la chambre de l'instruction de la cour d'appel de Bordeaux. Coulson, Jammes et Grice sont soupçonnés de « viol en réunion » tandis que Farrell et Hayes sont poursuivis pour « non-empêchement d'un crime ».

Plus sélectionnable avec le quinze du Trèfle

L'affaire remonte à mars 2017 alors que les cinq accusés évoluaient à Grenoble. Après un match perdu face à l'UBB, trois d'entre eux - Coulson, Jammes et Grice - auraient eu des rapports non consentis avec une étudiante de 21 ans et Hayes et Farrell n'auraient rien fait pour les en empêcher. La jeune femme a porté plainte pour viol. Les cinq, qui affirment que l'étudiante était consentante, pourraient se pourvoir en cassation.

La Fédération irlandaise a également fait savoir vendredi que Farrell, qui compte 15 sélections avec le quinze du Trèfle, ne serait plus sélectionnable le temps de la procédure.