Violences faites aux femmes : Le Haut Conseil à l’égalité pour « l’intransigeance » vis-à-vis des politiques

CELINE BREGAND/SIPA

SEXISME - Les élus condamnés pour violences devraient être systématiquement frappés d’une « peine complémentaire d’inéligibilité » selon l’instance

La sphère politique doit se montrer « intransigeante » vis-à-vis de ses responsables mis en cause pour des violences sexistes ou sexuelles, a estimé jeudi le Haut Conseil à l’égalité entre les femmes et les hommes (HCE), au nom de l' « exemplarité » des élus.

« Les personnes mises en cause pour violences n’ont pas leur place au sein des institutions représentant la société », a affirmé dans un communiqué cette instance consultative indépendante, rattachée à Matignon.

Cette prise de position survient alors que La France insoumise est engluée dans une polémique pour sa réaction face à la mise en cause d’Adrien Quatennens. Le député LFI, qui a reconnu des violences envers son épouse, est sous le coup d’une enquête, à la suite d’une main courante.



« Aucune réforme sérieuse n’a été envisagée »

Le HCE suggère de « mandater une instance indépendante », comme la Haute Autorité pour la transparence de la vie publique (HATVP), pour contrôler la situation des personnalités politiques « au prisme de (ces) violences », et ceci « avan(...) Lire la suite sur 20minutes

À lire aussi :
Chez les hommes, le sexisme va de pair avec l’amour pour la viande rouge
Violences faites aux femmes : Julien Bayou mis en retrait « pour donner un signal », selon Sandra Regol
Violences faites aux femmes : Des députées LFI assument de « tâtonner » sur une question « complexe »