Violences sexuelles - Emma Oudiou : «En athlétisme, ça n'avance pas beaucoup»

L'Equipe.fr
L’Equipe

Sacrée championne de France en salle du 1500m samedi à Liévin, Emma Oudiou est revenue sur les affaires de violences sexuelles révélées dans le sport. « Quel est votre sentiment par rapport aux révélations actuelles sur les violences sexuelles dans le sport ?
J'ai décidé de parler il y a deux ans (*), l'affaire est toujours en cours. Heureusement la parole est en train de se libérer, on sait que le sport est un milieu particulièrement propice à toutes ces violences sexuelles, mais c'est malheureux de voir qu'il y a autant de jeunes filles et de jeunes hommes touchés par tout ça. On vient vers vous pour parler de ce sujet-là ?
Dès que je mets des posts qui parlent de ces sujets-là, j'ai vraiment systématiquement des messages de jeunes femmes touchées par les violences sexuelles, pas forcément dans le milieu du sport, mais elles prennent conscience de ce qu'elles ont vécu, ont envie de parler de plus en plus. Elles ne trouvent pas forcément la bonne personne et viennent en parler à une personne qui s'exprime là-dessus sur les réseaux sociaux.

Votre parcours sert d'exemple...
C'est extrêmement difficile. Moi ça fait deux ans que j'ai porté plainte et l'enquête préliminaire est toujours en cours. On sait que la justice punit très peu les auteurs de violences et pour trouver une oreille attentive par rapport à tout ça, c'est extrêmement compliqué. Je suis très fière de pouvoir promouvoir le fait de libérer la parole sur tous ces sujets-là, même si ce n'est pas facile du tout. Ça va me poursuivre toute ma vie. À quoi vous attendez-vous avec toutes les affaires qui sortent en ce moment ?
J'aimerais que la justice s'empare un peu plus de ces sujets-là et que le milieu sportif aussi le fasse davantage. Que cela n'ait pas servi à rien, qu'on entende de moins en moins parler de ces choses-là, non pas parce qu'on en a peur mais parce que ça n'existera plus. J'ai l'impression qu'en athlé, ça n'avance pas beaucoup. On voit toujours des entraîneurs qui sont dans le milieu de la fédé alors qu'ils ne devraient pas y être. C'est compliqué. » (*) Emma Oudiou a porté plainte en 2018 contre l'entraîneur Pascal Machat pour agression sexuelle.

Faire défiler pour accéder au contenu
Annonce

À lire aussi