Violences sexuelles dans le patinage: Annick Dumont nie avoir protégé Beyer qu’elle "haïssait"

RMC Sport

Cinq jours après la démission de Didier Gailhaguet de son poste de président de la Fédération française des sports de glace (FFSG), les langues continuent de se délier et les accusations pleuvent. Ex-compagne du dirigeant et également de Gilles Beyer, Annick Dumont a ainsi été mise en cause par Agnès Gosselin. 

Dumont a dénoncé des comportements douteux

L’ancienne patineuse aux sept titres de championne de France accuse l’entraîneure de ne pas avoir dénoncé certains abus dont elle lui aurait fait part en 1982. Une situation incompréhensible pour celle qui officie désormais comme consultante à la télévision et qui a été écartée de ses fonctions au sein de la FFSG depuis 2010. "Quand on m’a appelé pour me dire ça, je suis tombée à la renverse. C’est impossible, s’est défendu Annick Dupont lors d’un entretien accordé au journal L’Equipe. Pourquoi aurais-je tu des faits pareils?"

Faire défiler pour accéder au contenu
Annonce

Pour étayer son argumentaire, Annick Dumont a rappelé qu’elle n’avait aucun intérêt à taire de tels abus sur des patineuses et qu’elle avait même dénoncé à deux reprises des violences verbales "sexistes" et les agissements de Gilles Beyer auprès de son deuxième ex-mari, Didier Gailhaguet: "J’ai beaucoup de mails, depuis 2014, qui le confirment. Dans ces mails, j’y vais fort, je parle de l’entourage ou des gens qui le conseillent comme des alcooliques, pédophiles violents ou fainéants… des tordus, tarés […] Mais Beyer, je...

Lire la suite sur RMC Sport

A lire aussi

À lire aussi