Violences sexuelles: le témoignage glaçant d’une ancienne athlète de l’équipe de France

RMC Sport

Depuis les révélations de Sarah Abitbol sur les violences sexuelles dans le patinage, il y a deux semaines, les témoignages se multiplient et les langues se délient dans d’autres disciplines. Dans une interview accordée au Parisien, Catherine Moyon de Baecque revient sur le cauchemar qu’elle a vécu. L’ancienne lanceuse de marteau a été victime d’agressions sexuelles en 1991, alors qu’elle était âgée de 24 ans. Tout comme l’une de ses coéquipières. Quatre de leurs partenaires en l’équipe de France les ont violées à plusieurs reprises, avec la complicité de l’entraîneur national.

Après une longue bataille judiciaire de deux ans, Catherine est parvenue à faire condamner ses agresseurs, qui ont écopé de peines de prison avec sursis et d’amendes. Mais le monde de l’athlétisme, et même du sport français dans son ensemble, lui a alors tourné le dos. A tel point qu’elle n’est jamais parvenue à redevenir une athlète de haut niveau.

"J’ai été traitée comme une coupable"

Faire défiler pour accéder au contenu
Annonce

"J'ai tout gagné sur le plan judiciaire, sportif et administratif, raconte-t-elle. Mais, ensuite, le monde du sport et de la politique a préféré protéger les agresseurs (qui pour certains ont continué leur carrière en équipe de France, ont participé aux Jeux olympiques) et a mis les victimes à l'écart en essayant de les détruire. J'ai payé très cher le fait d'avoir parlé. De victime, j'ai été traitée comme une coupable."

Coupable...

Lire la suite sur RMC Sport

A lire aussi

À lire aussi