Violences dans les stades : les propositions du rapport Bauer

L'utilisation de fumigènes (ici au Parc des Princes, avant PSG - Juventus en Ligue des champions) est notamment au centre du rapport. (S. Mantey/L'Équipe)

Le criminologue Alain Bauer, qui a livré son rapport sur la sécurité à la LFP, propose quelques pistes pour endiguer la violence dans les stades, comme une adaptation de la législation sur les fumigènes et un rééquilibrage entre sanctions individuelles et collectives.

Après une saison dernière cauchemardesque en matière de sécurité, la Ligue a commandé au très médiatique criminologue Alain Bauer un rapport sur les débordements dans les stades. Après des premières conclusions révélées dans L'Equipe le 30 septembre dernier, le document définitif a été remis à l'instance. Il donne des pistes pour essayer de sortir de cette très mauvaise passe.

Parmi elles : « renforcer l'autorité de l'État au travers de la cellule interministérielle existante, intégrant le ministère de l'Intérieur, le ministère des Sports et des Jeux Olympiques et paralympiques et le ministère de la Justice, qui pourrait voir son fonctionnement pérennisé ».

lire aussi : Après les nombreux débordements en tribunes la saison dernière, la LFP veut des stades plus apaisés

Il faut aussi revoir « le rapport aux groupes de supporters et adapter la législation notamment sur les fumigènes en responsabilisant les animateurs ». Selon lui, on pourrait « repenser la notion d'interdiction des fumigènes autour des enjeux de protection des personnes et des biens qui participent à l'événement dans le stade ».

« Rompre l'anonymat des voyous »Pour Alain Bauer, il faudrait encore « rééquilibrer sanctions collectives et sanctions individuelles », c'est-à-dire « rompre l'anonymat des voyous pour permettre aux supporters de jouer pleinement leur rôle de supporters ». Le criminologue entend également « développer une certification LFP qui permet de travailler à la sécurisation des événements sportifs dans les stades français à tous les niveaux. Pour pallier les pertes de compétences observées dans la plupart des stades, mais également les pertes de volumes d'agents susceptibles d'intervenir dans les stades après la crise du Covid, il semble impératif d'adapter les formations et qualifications des agents amenés à intervenir dans les stades ».

Enfin, il faut « hiérarchiser les risques, passer du « prêt à porter » au « sur-mesure ». Il n'est pas possible d'aborder uniformément des stades qui jouent à guichets fermés avec 60 000 spectateurs toutes les semaines et des stades qui ont du mal à atteindre 1 500 spectateurs de manière régulière ».

lire aussi : Ce que préconise Gérald Darmanin contre les violences dans les stades

Dans un communiqué, la LFP « se félicite du travail réalisé par Alain Bauer et de la large concertation qui a permis la rédaction de ce rapport et des propositions concrètes qui en découlent ». Ajoutant : « Il appartiendra désormais aux parties prenantes d'étudier la mise en oeuvre de ces propositions ». Reste en effet à savoir si ce rapport aura des suites concrètes.