Virage numérique : une carte à jouer pour sortir le sport amateur de la crise

Célia Sommer
·1 min de lecture

La médecine et Doctolib, le cinéma et Allociné, l’hôtellerie et Airbnb, le commerce et Amazon... Le digital a bouleversé en profondeur tous les secteurs d’activité et s’est confortablement installé dans notre mode de vie. Mais que se cache-t-il réellement sous le terme franglais "digitalisation" (aussi appelée numérisation, ndlr) depuis l’arrivée d’internet ? Sur le "papier", c'est un outil dont l’objectif est de transformer les processus traditionnels par le biais de technologies digitales, afin de les rendre plus performants. Aujourd'hui, une majorité de personnes ont pris l'habitude de commander leur nourriture, leur taxi ou encore leurs livres via une application : en 2020, 52% des achats en ligne se faisaient depuis un mobile, selon une étude menée par l'agence We are social et la plateforme Hootsuite. Crise sanitaire oblige, la tendance s'est accélérée et le gouvernement a mis en place différentes mesures pour soutenir la numérisation des entreprises… mais aussi du sport.

Dans un contexte de forte baisse du nombre de licenciés, le secteur du sport a dû s'adapter : digitaliser ses actions et communiquer s’avèrent être des solutions pour faire revenir les licenciés dans les clubs. Ainsi, sur les 120 millions d’euros du plan de relance du sport amateur, neuf millions seront consacrés au développement numérique des fédérations et des clubs.

Lire la suite sur France tv sport

A lire aussi