Quel visage aura le mercato hivernal de l'OM ?

Pablo Longoria, le président de l'OM. (A. Mounic/L'Équipe)

À Marseille, l'hiver s'annonce moins frénétique que l'été dernier, mais agité quand même.

Au bout de trois mois de cadence infernale, le calendrier marque un temps de pause mais les dirigeants marseillais ne comptent pas s'arrêter : le mercato approche, un exercice toujours très actif pour le président Pablo Longoria. Après un été mouvementé, où l'OM a changé l'entraîneur et une grande partie de l'équipe, l'hiver s'annonce moins frénétique mais agité quand même.

Avant même la grave blessure d'Amine Harit à Monaco, dimanche soir, les dirigeants marseillais avaient identifié des besoins dans le secteur offensif. La probable longue absence du Marocain, dont la fin de saison est sérieusement compromise, accentue encore cette priorité.

lire aussi : Amine Harit (OM) souffre d'une entorse des ligaments croisés du genou gauche

L'idée est donc de se renforcer d'abord dans ce secteur, d'autant que le départ de Gerson est attendu. Le joueur est au Brésil depuis le week-end dernier, et les négociations se poursuivent entre l'OM et Flamengo, pas encore complètement d'accord sur le montant de la transaction. Le profil recherché n'est pas celui d'un pur 9, pas forcément idéal pour le football d'Igor Tudor, mais plutôt celui de joueurs offensifs capables d'évoluer un cran derrière. Le milieu de l'Atalanta Ruslan Malinovskyi est encore dans la liste, mais il a bientôt 30 ans et n'est pas le seul joueur suivi par Longoria et son directeur du football Javier Ribalta.

lire aussi : Cinq choses à savoir sur Ruslan Malinovski, milieu de terrain pisté par l'OM

En défense centrale, les dirigeants marseillais espèrent pouvoir profiter de la trêve pour offrir à Éric Bailly une vraie préparation qui lui permette d'enchaîner enfin les matches. Jusqu'ici, l'Ivoirien n'a pu disputer que 9 matches avec l'OM, dont seulement deux entiers. Si sa condition physique ne s'améliorait pas, une arrivée dans ce secteur ne serait pas exclue.