Les visas, inquiétude majeure pour des dizaines athlètes avant les Mondiaux

Les Mondiaux débutent ce vendredi au Hayward Field. (F. Faugère/L'Équipe)

Comme le Kenyan Ferdinand Omanyala, des dizaines athlètes connaissent des difficultés à obtenir leur visa pour les Etats-Unis, où débutent ce vendredi les Mondiaux à Eugene (Oregon).

Pour prendre part aux Mondiaux d'Eugene, il faut visiblement s'armer de patience en fonction de sa nationalité. Comme le sprinteur Ferdinand Omanyala, qui pourrait finalement arriver à Eugene... trois heures avant sa série du 100 m ce vendredi, pas du tout l'idéal pour se préparer mentalement et physiquement, des dizaines athlètes, notamment de pays africains, se heurtent à un vrai casse-tête administratif, et rencontrent d'énormes difficultés pour avoir à temps un visa pour les Etats-Unis.

Des athlètes sud-africains n'ont ainsi pu quitter le camp d'entraînement italien que jeudi pour rejoindre l'Oregon. Des perchistes chinoises basées en France ont aussi été confrontées à un stress intense dans la dernière ligne droite.

Moins de 1% des athlètes concernés selon le comité d'organisation

« Tout ça n'arriverait jamais dans un sport vraiment professionnel », s'est insurgé sur Twitter l'ancien champion américain Michael Johnson.


World Athletics a indiqué dans un communiqué à l'AFP « travailler en collaboration avec le Comité olympique et paralympique américain sur la question de l'attribution des visas », ajoutant que la plupart des problèmes avaient été « résolus », rappelant que « les voyages internationaux sont devenus plus compliqués en raison de la pandémie. »

Le sprinteur américain Fred Kerley, interrogé sur cette question des visas qui pourrait rompre l'équité sportive en privant plusieurs athlètes de Mondiaux, s'est contenté d'un court « pas de commentaire ».

Jeudi en fin d'après-midi, Renée Chube Washington, l'une des principales dirigeantes de la Fédération américaine (USATF), également membre du conseil d'administration des Mondiaux, a évoqué les efforts des deux entités : « On travaille sur le sujet depuis 2017, on continue, en accord avec le comité olympique américain, il y a moins de 1% des 5 500 athlètes engagés qui n'ont pas de visa, et encore ce jour il y a eu des améliorations. Ce qui a compliqué les choses, administrativement dans certains pays, c'est aussi le Covid. On ne sera pas satisfait à 100% sauf si 100% des athlètes peuvent venir. »

De son côté, Sebastian Coe, président de World Athletics, a reconnu que la situation n'était pas totalement satisfaisante : « il y aura des leçons à tirer, évidemment, mais on travaillera jusqu'à la dernière minute pour que le maximum d'athlètes puisse être ici avec nous ».

lire aussi

Toute l'actualité des Mondiaux d'athlétisme

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles