Voilà pourquoi Nadal n’a pas explosé Federer et Djokovic

Bien qu’il soit le recordman du nombre de tournois du Grand Chelem remportés, Rafael Nadal n’en reste pas moins souvent sujet à des blessures. Une tendance qui s’est une nouvelle fois confirmée lors de l’Open d’Australie, où l’Espagnol, touché à la hanche, a été éliminé dès le deuxième tour par Mackenzie McDonald (6-4, 6-4, 7-5). Des pépins physiques qui laissent penser que s’il n’avait pas été trahi par son corps, Rafael Nadal aurait encore plus d’avance sur Novak Djokovic et Roger Federer.

Touché à la hanche, Rafael Nadal a vu son Open d’Australie s’arrêter plus tôt que prévu. S’il est allé au bout de la rencontre, l’Espagnol n’a pas pu empêcher son élimination lors du deuxième tour face à Mackenzie McDonald (6-4, 6-4, 7-5). Le Majorquin a souvent été gêné par des blessures en Grand Chelem, à cinq reprises au point d'abandonner. Depuis le début de sa carrière, Rafael Nadal est touché par le syndrome de Müller-Weiss, une maladie dégénérative qui se manifeste au niveau d’un des os du pied, le scaphoïde. Il avait même confié qu’à 19 ans, alors qu’il venait de remporter le premier Roland-Garros de sa carrière, on lui avait dit qu’il ne pourrait plus jouer. « Puis j'ai été guéri, grâce à une semelle qui a changé la position de mon pied, mais qui a enflammé mes genoux… », avait-il ajouté.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

2010, touché au genou à l’Open d’Australie

C’est d’ailleurs…

Lire gratuitement l’intégralité de cet article sur le10sport.com