Voile - Brest Atlantiques - Brest Atlantiques : Franck Cammas et Charles Caudrelier stoppés à Bahia sur « Maxi Edmond de Rothschild »

L'Equipe.fr
L’Equipe

Le trimaran géant Maxi Edmond de Rothschild, victime d'une avarie de dérive, est en escale technique pour quelques heures. Il a cédé la tête de la course à Macif. À côté d'un sous-marin et d'un paquebot, pas loin des bateaux qui en ont terminé avec la Transat Jacques-Vabre, le trimaran Maxi Edmond de Rothschild, qui menait jusqu'à présent la Brest Atlantiques - tour de l'océan Atlantique en passant par Rio (Brésil) et Le Cap (Afrique du Sud) -, est arrivé ce mardi matin (mardi midi en France) en escale forcée au Brésil, aile de raie (un morceau de la dérive) en vrac après un choc contre un objet non-identifié. « C'est bizarre et surtout désagréable de devoir s'arrêter, avait prévenu le co-skippeur Charles Caudrelier, nous avions bien démarré la course en prenant bien soin du bateau, nous avions fait une belle navigation et tiré les bons bords. » Charles Caudrelier, co-skippeur de Maxi Edmond de Rothschild « Si on repart avec 300 milles de retard, on devrait les récupérer »
C'est maintenant une opération commando qui commence. L'armateur a dépêché sept techniciens, laissant les skippeurs aller dormir dans un bel hôtel de la vieille ville. La réparation, au vu des premières constatations, ne sera pas homéopathique et devrait prendre plusieurs heures. « Si on repart avec 300 milles de retard, on devrait les récupérer », estime Caudrelier. Au classement de ce mardi midi, le Macif de Gabart-Gahinet avait pris la tête. Mais il stoppera sa course à Rio pour changer un safran, obligeamment prêté par le team Banque Populaire, ce qui pourrait aussi prendre quelques heures.

Faire défiler pour accéder au contenu
Annonce

À lire aussi