Voile olympique - JO 2024 - Billy Besson de retour en Nacra 17, objectif Paris 2024

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·3 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Non sélectionné pour Tokyo, Billy Besson (40 ans) a finalement décidé de poursuivre l'aventure vers Paris 2024 en Nacra 17 (multicoque mixte). Quadruple champion du monde avec Marie Riou, il repart avec la jeune Noa Ancian.

« Repartir à la conquête des JO ne semblait plus faire partie de vos objectifs depuis votre non-sélection pour Tokyo. Qu'est-ce qui vous a fait changer d'avis ?
Franchement, je n'envisageais pas de faire mon retour en Nacra 17. Même après mon éviction du circuit SailGP(en septembre, après l'étape à Saint-Tropez, il est remplacé par Quentin Delapierre à la barre du F50 français). Mais au fil des jours, je me suis posé des questions. J'avais plus de temps à moi et le fait que ça se passe à Marseille, avec la perspective d'avoir moins de déplacements à travers le monde, a joué. Je me suis dit qu'il y avait peut-être moyen d'aller chercher quelque chose.

Vous parlez du caractère "ingrat" de l'olympisme.
On ne gagne pas grand-chose, on passe 250 à 300 jours par an sur l'eau et familialement, c'est dur. Tu te retrouves partout dans le monde, sauf à la maison. C'est pourquoi la proximité de Marseille est importante. En cas de souci familial (père de deux enfants de 5 et 3 ans), je suis à 3h30 de route. Je me dis que ça vaut le coup de faire encore quelques sacrifices.

Quand avez-vous pris votre décision ?
En novembre dernier. Après Saint-Tropez, j'avançais un peu dans le brouillard. Depuis que j'ai pris ma décision, l'avenir paraît plus clair. Ça me pousse un peu dans mes retranchements. Ça fait d'ailleurs trois mois que j'ai repris la muscu ! Je me dis que j'ai la chance de pouvoir faire ce que j'aime, je vais essayer de profiter.

Vous repartez avec une nouvelle coéquipière, Noa Ancian (ancienne coéquipière de Tim Mourniac), vous vous connaissiez auparavant ?
Très peu. On a navigué une fois ensemble, c'était il y a trois ans, lors d'un entraînement. Je pense qu'elle a de bonnes qualités et une bonne connaissance technique du bateau. On n'a pas pu faire de test puisqu'elle souffrait d'une blessure à la cheville. On va commencer à naviguer en février à La Grande-Motte.

Avez-vous envisagé de poursuivre avec Marie Riou ?
Non, je l'ai souvent au téléphone, mais depuis la fin de la dernière campagne, chacun mène sa route.

Malgré vos quatre titres de champion du monde, vous n'êtes pas parvenu à concrétiser aux JO (6e à Rio, où il était diminué par une blessure au dos, non sélectionné pour Tokyo), éprouvez-vous un sentiment d'inachevé ?
Je n'y pense pas, je suis quelqu'un qui ne regarde pas trop derrière. C'est vrai qu'à un moment, avec Marie, on dominait la série, mais il ne peut pas y avoir que des happy ends à l'américaine. Je me dis juste que c'est peut-être ma dernière chance de représenter la France aux JO et peut-être d'y décrocher une médaille. J'ai l'impression que j'ai quelques chances.

lire aussi
Billy Besson : « Les JO 2016, le moment le plus atroce de toute ma vie »

Que pensez-vous de la concurrence au sein de l'équipe de France (un seul équipage sera retenu pour Paris 2024) avec les duos Quentin Delapierre-Manon Audinet (8e à Tokyo) et Tim Mourniac-Lou Berthomieu ?
Je ne sais pas, ce qui est sûr, c'est qu'en multicoque, la concurrence a toujours été forte en France. On verra avec le temps. Dans l'immédiat, je vais déjà m'occuper de mon bateau. Je ne suis pas remonté sur le Nacra depuis le Mondial fin 2019.

Le rêve olympique vous habite toujours ?
Il est depuis très longtemps dans un coin de ma tête. Après, c'est le sport, certains l'atteignent, d'autres non. Faut être persévérant. »

lire aussi
Toute l'actu de la voile

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles