Voile - Ultime - Brest Atlantiques : arrêt contraint pour Macif à Rio

L'Equipe.fr
L’Equipe

Leader de la course, le trimaran mené par François Gabart et Gwénolé Gahinet s'est arrêté dans la baie de Rio pour changer un safran cassé. Après Edmond de Rothschild du duo Cammas-Caudrelier contraint, mardi 12 novembre, à un arrêt express d'une quinzaine d'heures à Salvador de Bahia (Brésil) pour réparer une dérive défaillante, c'est Macif, mené par François Gabart et Gwenolé Gahinet, qui a dû stopper temporairement sa course, ce mercredi, dans la marina de Gloria de Rio, où se sont déroulées les épreuves de voile olympique en 2016. Un pit stop afin de changer le safran de la coque centrale du maxi-trimaran de 32 m, cassé depuis le Cap-Vert. Le safran de rechange a été fourni par le team Banque-Populaire, membre du collectif Ultime mais qui ne peut participer à cette course puisque le trimaran d'Armel Le Cléac'h a été désintégré pendant la Route du Rhum 2018. Un nouveau est en construction mais ne sera mis à l'eau qu'à l'horizon 2021. Leader de Brest Atlantiques depuis mardi et l'arrêt d'Edmond de Rothschild, Macif a franchi en premier à 19 h 05 (heure française) la marque de passage de l'île de Palmas, dans l'archipel des Cagarras, à 2,5 milles (5 km) au sud de la mythique plage d'Ipanema. François Gabart et Gwénolé Gahinet ont fait le tour des îles avant d'interrompre leur course dans leur nord-est à 19 h 44 et de mettre le cap vers la Marina de Gloria, à Rio de Janeiro, où leur équipe technique les attendait pour procéder au remplacement du safran endommagé. À 20 heures, Sodebo se trouvait à 70 milles (130 km) des îles Cagarras. Edmond de Rothschild a vécu une reprise de navigation pénible du fait du manque de vent sur zone qui a également handicapé Actual Leader de Le Blévec-Pella. Brest Atlantiques est une course en double, longue boucle au départ et retour de Brest, de quelque 14 000 milles (26 000 km), avec détour au large de Rio puis du Cap. Elle met aux prises quatre maxi-trimarans (32 m de long sur 23 m de large) de la classe Ultime. Initialement prévu le dimanche 3 novembre, le départ avait été décalé au mardi 5 novembre du fait d'une météo trop musclée. Le retour sur Brest est envisagé début décembre.

Faire défiler pour accéder au contenu
Annonce

À lire aussi