Voile - Vendée Globe - Les 33 skippers du Vendée Globe sont partis pour le Tour du monde en solitaire

L'Equipe.fr
·3 min de lecture

La flotte des 33 monocoques Imoca du Vendée Globe 2020-2021 s'est élancée ce dimanche au large des Sables-d'Olonne dans des conditions de mer clémentes. Les voilà partis pour plus de deux mois en mer autour du monde, en solitaire et sans escale. Les 33 monocoques Imoca engagés (un record) dans la neuvième édition du Vendée Globe se sont élancés à 14h20, au large des Sables-d'Olonne. Initialement prévu à 13h02, le départ avait été reporté à quatre reprises en raison de l'épaisse brume présente sur la zone de départ, au large des Sables-d'Olonne. Parmi ces skippers qui se lancent à l'assaut de ce tour du monde en solitaire, sans escale et sans assistance, via les Caps de Bonne Espérance, Leeuwin et Horn, neuf nationalités sont représentées et l'on compte dix-huit bizuths et six femmes (là encore un record).

La journée avait débuté par l'émotion d'une haie d'honneur des équipes concurrentes et des au revoir aux proches sur un ponton que L'Occitane en Provence d'Armel Tripon était le premier bateau à quitter, à 8h15. « C'est super émouvant, j'ai la gorge serrée », déclarait Benjamin Dutreux avant de monter à bord d'OMIA - Water Family. Le Finlandais Ari Huusela (Stark) était le dernier à larguer les amarres, à 10h23. S'en suivait la descente d'un chenal très particulière en raison de l'absence de public en dehors des balcons des immeubles du quai de La Chaume, garnis de quelques privilégiés enthousiastes et bruyants pour saluer le départ des aventuriers, qui d'ordinaire sont acclamés par plus de 300 000 spectateurs. « Veinards, en mer y'a pas d'Covid », proclamait une banderole accrochée sur le Château Saint-Clair. Les trente-trois skippers rejoignaient ensuite la zone de départ, avec cinq équipiers autorisés à bord jusqu'à quelques minutes avant le départ. En raison d'une brume épaisse qui contrariait la visibilité sur la ligne de départ, la direction de course était contrainte de repousser le coup de canon à quatre reprises. C'est finalement à 14h20, une fois la brume dissipée, que la flotte s'élançait dans des conditions de mer clémentes. Louis Burton (Bureau Vallée 2), qui a coupé la ligne de départ virtuelle avant la fin du décompte officiel, devra effectuer sa pénalité en passant deux fois à la même latitude, à cinq heures d'écart, avant la latitude 38°40,000N. La course se durcira rapidement car dès mardi la flotte se frottera à un front musclé, au près.

Le vainqueur, forcément inédit puisque aucun ancien lauréat n'est au départ, succèdera au palmarès du Vendée Globe à Armel Le Cléac'h, vainqueur de la précédente édition à bord de Banque Populaire en 74 jours, 3 heures et 35 minutes. Un record qui devrait tomber puisque selon certaines projections la tête de flotte pourrait revenir à Port-Olona dans 67 à 70 jours. Le Britannique Alex Thomson (Hugo Boss) et Jérémie Beyou (Charal) font figure de favoris, alors que Charlie Dalin (Apivia) et Thomas Ruyant (LinkedOut) sont parmi les outsiders.