Voile - Vendée Globe - Avarie majeure pour Isabelle Joschke, Yannick Bestaven creuse l'écart en tête du Vendée Globe

L'Equipe.fr
·3 min de lecture

La Franco-Allemande Isabelle Joschke a constaté une avarie au niveau de la quille de son bateau, qui va sérieusement handicaper la suite de sa course. Depuis plusieurs semaines dans le top 10 du Vendée Globe, Isabelle Joschke va connaître des jours difficiles. La navigatrice franco-allemande a constaté dimanche une avarie majeure au niveau de la quille de son bateau (MACSF). Celle-ci va représenter un gros handicap, qui ne l'empêchera pas, néanmoins, de poursuivre son tour du monde. Son monocoque a été endommagé par la perte du vérin hydraulique placé sur la quille, a indiqué lundi la direction de course. « Désormais privée du système de pendule qui lui permettait de basculer sa quille au vent, elle va poursuivre son tour du monde avec un bateau moins puissant », a précisé l'organisation. Isabelle Joschke « C'est bien pire que de perdre une voile ou même casser les deux foils. En termes de perte de potentiel, c'est colossal. Joschke avait déjà subi d'autres incidents ces derniers jours. « J'ai perdu mon aérien il y a 48 heures. Le pilote automatique ne pouvait plus naviguer en mode vent. Puis dans la nuit de samedi à dimanche, j'ai déchiré mon gennaker (une voile) », explique l'intéressée. « Avec toutes ces péripéties, je n'avais pas dormi et j'étais épuisée. Je suis donc allée me reposer et au bout d'une demi-heure, j'ai entendu le grincement de la quille qui lâchait progressivement », a-t-elle poursuivi, indiquant que les dégâts n'étaient pas réparables.

« La quille qui pendule est à la fois un des moteurs de stabilité et de vitesse du bateau. C'est bien pire que de perdre une voile ou même casser les deux foils. En termes de perte de potentiel, c'est colossal », a déploré celle qui participe à son premier Vendée, se disant « inconsolable ». Bestaven reprend ses distances Au pointage de 11 heures, Joschke, qui approche du cap Horn, encore huitième samedi, avait ainsi déjà rétrogradé à la 11e place, derrière Giancarlo Pedote (Prysmian Group). Yannick Bestaven (Maître Coq IV), de son côté, a accru son avance en tête du Vendée Globe, sur son premier poursuivant, Charlie Dalin (Apivia). Il dispose désormais de 191,7 milles nautiques d'avance, alors que l'écart n'était que de 68,5 milles la veille en fin d'après-midi. Les deux skippers ont franchi le Cap Horn. Dalin a fait le choix de croiser à proximité de la Terre de Feu, empruntant même le détroit Le Maire entre celle-ci et l'île des Etats. Mais le Normand pourrait être largement ralenti au nord des îles Malouines par un anti-cyclone que Bestaven tente manifestement de contourner par l'est. Les positions du Vendée Globe (lundi à 11h) 1. Yannick Bestaven (Maître CoQ IV), à 6539,13 milles nautiques de l'arrivée (*)
2. Charlie Dalin (Apivia), à 191,75 milles du leader
3. Thomas Ruyant (LinkedOut), à 343,73 milles
4. Damien Seguin (Groupa Apicil), à 405,3 milles
5. Benjamin Dutreux (Omia - Water Family), à 610,27 milles
6. Louis Burton (Bureau Vallée 2), à 636,81 milles
7. Jean Le Cam (Yes We Cam !), à 681,62 milles (*)
8. Boris Herrmann (SeaExplorer - Yacht Club de Monaco), à 686,83 milles (*)
9. Maxime Sorel (V and B - Mayenne), à 700,66 milles
10. Giancarlo Pedote (Prysmian Group), à 746,97 milles

(*) Le jury international a accordé 16h15 de compensation à Jean Le Cam, 10h15 à Yannick Bestaven et 6h à Boris Herrmann pour avoir participé à la recherche et au sauvetage de Kevin Escoffier. Ces temps seront retranchés de leur chrono à leur arrivée aux Sables-d'Olonne. Le pointage effectué en milles marins ne prend pas en compte ces bonifications, exprimées en temps.