Voile - Vendée Globe - Bestaven - Dalin, le duel se poursuit après le passage du cap Horn

L'Equipe.fr
·3 min de lecture

Au pointage de 22 heures ce dimanche, Yannick Bestaven (Maître CoQ IV) et Charlie Dalin (Apivia), les deux premiers du Vendée Globe, étaient séparés par 115 milles. Peu après leur passage au large du cap Horn, les deux premiers du Vendée Globe ont pris deux routes distinctes afin d'attaquer la remontée vers les Sables-d'Olonne. Le leader Yannick Bestaven (Maître CoQ IV) a opté pour une route orientale alors que son plus proche poursuivant, Charlie Dalin (Apivia), a lui viré à la corde, faisant le choix de croiser à proximité de la Terre de Feu, empruntant même le détroit Le Maire entre celle-ci et l'île des États.

Au pointage de 18h00 dimanche, le choix de Dalin lui avait permis de revenir à 68,5 milles nautiques (127 km) du leader. Le matelas constitué par Bestaven dans le sud du Pacifique (plus de 150 milles nautiques il y a encore 24 heures) avait donc provisoirement fondu. Mais quatre heures plus tard, le skipper de Maître CoQ IV comptait 115 milles d'avance. Thomas Ruyant, skipper de « LinkedOut » « J'ai regardé les possibilités tactiques jusqu'à Rio de Janeiro : il y a plusieurs routes possibles ! Ça va créer du "match" parce que tous les bateaux n'ont pas le même potentiel » « C'est une nouvelle phase de course qui s'ouvre à moi maintenant. Je travaille déjà depuis quelques jours sur la stratégie de la remontée (de l'Atlantique), il y a beaucoup de phénomènes météo à parer et de nombreuses choses à faire », a commenté dans la journée Dalin, qui avait passé les caps de Bonne Espérance et Leeuwin en tête. Dans le sillage du duo de tête, Thomas Ruyant (LinkedOut) complète toujours le podium, 361 milles (668 km) derrière le leader, devant Damien Seguin (Groupe Apicil), quatrième à 398 milles. Le skipper originaire de Dunkerque prévoyait dimanche matin de passer à son tour « le Horn en milieu de soirée, vers minuit », avec des conditions météorologiques plus favorables que le duo de tête. Privé d'un foil depuis une avarie il y a un mois, Ruyant s'est « fait une raison » et regarde déjà au-delà du Pacifique. « J'ai regardé les possibilités tactiques jusqu'à Rio de Janeiro : il y a plusieurs routes possibles ! Ça va créer du "match" parce que tous les bateaux n'ont pas le même potentiel », a-t-il prévenu. Les positions du Vendée Globe (dimanche à 22h00) : 1. Yannick Bestaven (Maître CoQ IV), à 6745,82 milles nautiques de l'arrivée (*)
2. Charlie Dalin (Apivia), à 115,58 milles du leader
3. Thomas Ruyant (LinkedOut), à 361 milles
4. Damien Seguin (Groupa Apicil), à 398,15 milles
5. Benjamin Dutreux (Omia - Water Family), à 584,28 milles
6. Louis Burton (Bureau Vallée 2), à 631,54 milles
7. Jean Le Cam (Yes We Cam !), à 640,34 milles (*)
8. Boris Herrmann (SeaExplorer - Yacht Club de Monaco), à 644,61 milles (*)
9 . Maxime Sorel (V and B - Mayenne), à 680,86 milles
10. Isabelle Joschke (Macsf), à 691,13 milles
(*) Le jury international a accordé 16h15 de compensation à Jean Le Cam, 10h15 à Yannick Bestaven et 6h à Boris Herrmann pour avoir participé à la recherche et au sauvetage de Kevin Escoffier. Ces temps seront retranchés de leur chrono à leur arrivée aux Sables-d'Olonne. Le pointage effectué en milles marins ne prend pas en compte ces bonifications, exprimées en temps.