Voile - Vendée Globe - Cinq choses à savoir sur Charlie Dalin

L'Equipe.fr
·3 min de lecture

Charlie Dalin, 36 ans, est le premier marin à avoir franchi, ce mercredi soir, la ligne d'arrivée du Vendée Globe au large des Sables d'Olonne. Voici cinq choses à savoir sur le skipper d'Apivia, qui devra patienter quelques heures et l'arrivée de Boris Herrmann et Yannick Bestaven, bénéficiaires de bonifications, pour savoir s'il remporte ou non l'épreuve. 1. Il est architecte de formation Originaire du Havre, il découvre la voile à l'âge de 6 ans lors de vacances en Bretagne. Une passion qui va guider ses études, jusqu'à l'obtention d'un diplôme d'architecture navale en 2006 à l'Université de Southampton. Des compétences techniques lui ont permis d'être totalement impliqué la conception de son bateau, fait sur-mesure. Garçon méticuleux, exigeant et perfectionniste, il utilise à merveille cette double-casquette marin/architecte. lire aussi Charlie Dalin (« Apivia »), premier skippeur à l'arrivée du Vendée Globe 2020-2021 2. C'est un enfant de Port Laf' Après avoir fait ses gammes sur le circuit Mini, Charlie Dalin intègre en 2011 le Pôle Finistère Course au Large de Port-la-Forêt, comme les anciens vainqueurs du Vendée Michel Desjoyeaux, Vincent Riou, François Gabart ou Armel Le Cleac'h et comme plusieurs de ses adversaires sur cette neuvième édition : Jérémie Beyou, Boris Herrmann ou encore Kevin Escoffier notamment. lire aussi Boris Herrmann (SeaExplorer-Yacht Club de Monaco) a heurté un bateau de pêche 3. C'est un Figariste convaincu Dalin débute sa carrière en course au large en Figaro Bénéteau, classe monotype qui permet de faire ses gammes sur un monocoque de 10,15 m. Dès sa deuxième saison, il remporte la Transat AG2R La Mondiale aux côtés de Gildas Morvan. Les années suivantes seront faites de podiums et victoires, dont le si convoité titre de Champion de France Élite de Course au Large en solitaire, qu'il remporte deux fois (2014 et 2016). Entre 2014 et 2018, il termine cinq fois de rang sur le podium de la Solitaire du Figaro (un record), mais sans jamais parvenir à la remporter. 4. Il est un pilier de Macif Charlie Dalin intègre la filière d'excellence Skipper Macif en 2015. Lors du Vendée Globe 2016/2017, il est remplaçant de Yann Eliès, avec qui il avait fait équipe sur la Transat Jacques Vabre 2015, avec une troisième place à la clé. En 2018, Apivia Mutuelle, une filiale de Macif, s'engage sur le circuit IMOCA et choisit Dalin comme skipper d'un bateau nouvelle génération en vue de ce Vendée Globe 2020, le premier du marin. 5. Il a eu droit aux conseils de Gabart François Gabart, vainqueur de l'édition 2012-2013 est à la tête de l'écurie de course au large Mer Concept, maître d'ouvrage du projet Apivia. Les deux hommes ont partagé plusieurs séances d'entraînement, Gabart laissant beaucoup d'autonomie à Dalin. « Charlie comme moi sommes des amoureux des bateaux, déclarait Gabart le mois dernier. J'ai pu lui amener un peu de valeur ajoutée par rapport aux autres personnes de l'équipe, en évoquant l'aspect humain et ce que l'on appelle l'expérience. » lire aussi Charlie Dalin : « Les honneurs de la ligne sont pour moi »