Voile - Vendée Globe - Les compensations et le classement final du Vendée Globe en questions

L'Equipe.fr
·2 min de lecture

Les compensations de chrono attribuées notamment à Boris Herrmann et Yannick Bestaven peuvent jouer un rôle décisif à l'arrivée des skippeurs dans la nuit de mercredi à jeudi. Quelles sont les compensations attribuées aux navigateurs ? Trois navigateurs du Vendée Globe ont obtenu une réparation de la part du jury international, au titre de leur participation au sauvetage de Kevin Escoffier début décembre dans l'Atlantique sud : 16 h 15 pour Jean Le Cam (Yes We Cam), 10 h 15 pour Yannick Bestaven (Maître Coq IV) et 6h pour Boris Herrmann (SeaExplorer-Yacht Club de Monaco). Comment ont-elles été établies ? Un jury international, sollicité par la direction de course du Vendée Globe, avait pris en compte plusieurs paramètres. Il a déjà fallu attendre que Kevin Escoffier puisse être débarqué de Yes We Cam sur la frégate française Nivôse, cinq jours après son sauvetage, pour connaître la totalité des réparations auxquelles Jean Le Cam pouvait avoir droit. Ce jury international, responsable des règles et composé de cinq personnes, a notamment « demandé à un spécialiste de faire une simulation afin de savoir où les concurrents auraient été, s'ils n'avaient pas été déroutés, au moment où ils ont été libérés de l'opération », comme l'expliquait son président Georges Priol. Cela s'ajoute au temps effectif entre le moment où la direction de course a demandé aux skippeurs de se dérouter (déclenchement de la balise de détresse à 14 h 44) et le sauvetage de Kevin Escoffier (à 2 h 06 la nuit suivante). Qu'est-ce que cela signifie pour le classement final ? Chaque skippeur va donc établir un temps de course en franchissant la ligne d'arrivée, au large des Sables-d'Olonne. Pour les trois skippeurs concernés, la compensation - également appelée « réparation en temps » - sera retranchée de leur chrono final. Ainsi, si Charlie Dalin franchit la ligne d'arrivée en tête après 80 jours et 5 h 30 de mer par exemple (20 heures mercredi soir), et que Boris Herrmann arrive 5 heures plus tard, à 1h du matin, l'Allemand aura un temps de 80 jours et 10 h 30 de mer effectif, mais revu à 80 jours et 4 h 30. Soit le meilleur temps du Vendée Globe. Même principe pour Yannick Bestaven. On ne peut donc connaître le classement définitif qu'après avoir les temps de passage définitif sur la ligne des deux derniers cités.