Voile - Vendée Globe - Jérémie Beyou participera au Vendée Globe 2024 avec un nouveau « Charal »

L'Equipe.fr
·3 min de lecture

Jérémie Beyou et la société Charal ont annoncé mardi le prolongement de leur partenariat jusqu'à 2026 et la construction d'un bateau neuf pour le Vendée Globe 2024. Il s'agira d'un plan Manuard dont la mise à l'eau est prévue fin juin 2022. La confiance est toujours là. La 13e place de Jérémie Beyou dans le dernier Vendée Globe remportée par Yannick Bestaven (Maitre-Coq IV) n'a pas entamé le lien fort qui unit le marin à son partenaire Charal. Ni les ambitions de gagner la prochaine édition en 2024-2025. Directeur de l'entreprise, Mathieu Bigard a annoncé ce mardi la poursuite de leur histoire commune démarrée il y a quatre ans. « Nous sommes très contents du partenariat avec Jérémie et son équipe, nous avons décidé de le prolonger au-delà de 2022, de quatre ans supplémentaires, jusqu'à fin 2026. L'histoire n'est pas finie. L'ambition centrale est le Vendée 2024. » Jérémie Beyou « Le Vendée rythme ma vie depuis quasiment 20 ans. La grande chance de ce projet Charal 2, c'est de travailler dans la continuité, sans rupture » Pour son cinquième Vendée Globe, Jérémie Beyou disposera d'un bateau neuf, Charal 2, dessiné par l'architecte naval Sam Manuard, et dont la construction a été confiée au chantier CDK à Lorient. La mise à l'eau est prévue fin juin 2022. « Le Vendée, c'est une aventure humaine de folie, lance le skippeur. C'est une course que j'ai dans la peau. C'était ma quatrième participation, le Vendée rythme ma vie depuis quasiment 20 ans. La grande chance de ce projet Charal 2, c'est de travailler dans la continuité, sans rupture. On a trois ans d'exploitation de Charal 1 dont des dizaines de capteurs ont récolté des millions de données de performance. »

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Après avoir étudié quatre propositions de cabinets d'architecture navale, Jérémie Beyou dit avoir été séduit par « le côté très pro de Sam Manuard et par son côté avant-gardiste. Ce qui a fait la différence avec les autres, je pense, c'est que Sam est un marin talentueux, on parle le même langage. Ses bateaux sont très innovants. L'Occitane en Provence a attiré mon regard, je l'ai suivi avant et pendant le Vendée. C'est vraiment ça qui m'a attiré chez Sam. On va essayer de sortir le bateau le plus abouti. » lire aussi Jérémie Beyou à l'arrivée du Vendée Globe : « Tu ne manges pas, tu ne dors pas... » En attendant l'arrivée de son nouvel Imoca, le marin va poursuivre l'aventure à bord de Charal 1, avec en point d'orgue, la Transat Jacques-Vabre (7 novembre) en double en compagnie de Christopher Pratt. « Ça va être un plaisir de naviguer de nouveau avec Christopher. Nous allons commencer par le Fastnet en août puis le Défi Azimut en septembre. » « Nous enchaînerons ensuite par la Jacques-Vabre. Nous n'avons pas été gâtés par le pot au noir en 2019. On a fini 3e, on a l'ambition de faire mieux. » En 2022, Jérémie Beyou basculera à la barre de Charal 2 et aura en ligne de mire une première grosse échéance, la Route du Rhum, début novembre à Saint-Malo.