Voile - Vendée Globe - Maxime Sorel (V and B - Mayenne) sur le Vendée Globe : « J'ai pris la décision de ne pas m'arrêter »

L'Equipe.fr
·1 min de lecture

Sous la menace de la tempête Justine, Maxime Sorel « cravache » afin de pouvoir rejoindre les Sables d'Olonne au plus vite. Le skippeur de « V and B - Mayenne » explique ce choix. Maxime Sorel (skippeur de « V and B - Mayenne », 10e du classement général du Vendée Globe au pointage de 14 heures) : « Ça fait un bout de temps que je cravache. C'est un peu une course contre-la-montre pour essayer de rentrer. Mon équipe a trouvé une solution alternative si toutefois ce n'était pas possible avec la marée du matin. C'est rassurant de savoir ça. J'ai pris la décision de continuer ma route et de ne pas m'arrêter parce que je voyais qu'il y avait une ouverture. J'aurais aimé pouvoir profiter des dernières 48 heures, me préparer à l'arrivée, et je suis à fond. J'ai du mal à dormir, du mal à manger, ce n'est pas simple. Il ne reste qu'une vingtaine d'heures, je tiens le bon bout. » voir aussi Armel Tripon (L'Occitane en Provence) sur le Vendée Globe : « Je paie mon tribut à Neptune » voir aussi Clarisse Crémer (Banque Populaire X) sur le Vendée Globe : « J'ai l'impression que je navigue comme une mamie »