Voile - Vendée Globe - Place aux stratèges et à l'audace pour le trio de tête du Vendée Globe

L'Equipe.fr
·5 min de lecture

Le trio de tête du Vendée Globe, emmené ce samedi par Thomas Ruyant devant Alex Thomson et Charlie Dalin, devrait faire un choix stratégique important en début de semaine prochaine pour rejoindre au plus vite l'autoroute du Grand Sud et le cap de Bonne Espérance. Les trois foilers pourraient encore creuser l'écart. Il y a déjà eu du jeu et des options dans l'Atlantique nord. Mais cette fois-ci, on entre dans les grandes manoeuvres qui pourraient avoir des conséquences importantes pour la suite du Vendée Globe. Pour les trois premiers, Thomas Ruyant (LinkedOut), Alex Thomson (Hugo-Boss) et Charlie Dalin (Apivia), comme pour leurs poursuivants, l'enjeu est de se dépatouiller de l'anticyclone de Sainte-Hélène afin d'aller accrocher au plus vite les dépressions australes et donc l'autoroute du Grand Sud. lire aussi Thomas Ruyant double Alex Thomson et prend la tête du Vendée Globe Et pour corser un peu plus la partie, le fameux anticyclone, souvent d'une seule pièce, est actuellement coupé en deux par un axe dépressionnaire formant un couloir de vent permettant, si tout va bien, de couper le formage. « Pour les premiers, ils vont infléchir leur trajectoire vers le sud-est et devraient tenir le couloir jusqu'à lundi soir en allant assez vite dans des vents de 15 à 18 noeuds, explique Jean-Yves Bernot, météorologue et routeur. Après, ça devient bordélique. Il y aura deux choix. Soit continuer tout droit vers le sud-est, soit faire un crochet vers le sud pour aller chercher le vent d'ouest. » Pour l'instant, les routages privilégient le tout droit sur une trajectoire que Bernot surnomme « la route du tricot ». « Sur cette route, il y aura beaucoup de boulot à bord, beaucoup de manoeuvres pour trouver et se faufiler dans des petits trous, précise Bernot. On verra ceux qui sont joueurs. Si tu choisis de partir au sud, tu perds un peu car tu n'es plus sur la route et qu'il y a une zone sans vent à traverser, mais pas tant que ça. Le choix de l'option devra se faire dans la nuit de lundi à mardi. » Les leaders pourraient creuser leur avance Si elle fonctionne, l'option tout droit se révélerait payante pour les leaders qui pourraient accentuer sérieusement leur avance, surtout si la porte devait se refermer derrière sur le deuxième peloton composé de PRB (Kévin Escoffier), Bureau Vallée 2 (Louis Burton) 2, SeaExplorer-Yacht Club de Monaco (Boris Herrmann) et Yes We Cam (Jean Le Cam). « Si ça passe, les trois premiers devraient franchir la longitude du cap de Bonne Espérance le week-end prochain et c'est là qu'on fera les comptes. Le groupe PRB, pourrait se retrouver un demi à un jour derrière, Sam Davies, deux jours et le groupe Apicil, 3-4 jours. » lire aussi Le classement en direct Voilà pour la théorie, en sachant que l'évolution des phénomènes peut encore chambouler ces projections. Il est important également d'attendre quels seront les choix des différents protagonistes, pas forcément identiques. Ce que l'on peut, semble-t-il affirmer en revanche, c'est que le chrono entre les Sables d'Olonne et le cap de Bonne Espérance, propriété d'Alex Thomson depuis 2016 en 17 j 22 h, ne sera pas battu. Dans l'hypothèse d'un franchissement de la longitude de Bonne Espérance le week-end prochain, on serait autour des 20 jours. Les projections de Jean-Yves Bernot Jean-Yves Bernot, météorologue et routeur, a accepté de se prêter pour L'Équipe à des projections jusqu'au cap de Bonne Espérance, avec évidemment toutes les réserves et les incertitudes liées à l'évolution des phénomènes météos. Stratégie pour les trois leaders : L'anticyclone de Sainte-Hélène est fracturé en plusieurs cellules à la suite d'une dépression venant du Brésil.
- La route directe (en bleu) « ricote » entre les grumeaux. C'est en théorie la route la plus rapide. Avantage : elle est courte. Inconvénient : elle est délicate à suivre et nécessite beaucoup de manoeuvres et d'attention.
- La route sud (en rouge) préfère faire un crochet vers le sud à la rencontre des vents d'ouest des dépressions australes. Avantage : elle est plus facile à exécuter. Inconvénients : elle est plus longue, elle traverse une zone de petit temps sérieuse avant de retrouver les vents d'ouest. La route sud perd en théorie 5 à 10 heures à la longitude de Cape Town, ce qui n'est pas énorme. En pratique, elle peut s'avérer gagnante si on rencontre des difficultés à se glisser entre les grumeaux de la route nord.
- Une bonne nouvelle toutefois pour les navigateurs, la décision sera à prendre lundi soir, ce qui peut laisser un peu de temps pour voir la situation s'éclaircir. Stratégie pour le groupe PRB, Bureau Vallée 2, SeaExplorer : Même type de problème. Cependant, leur retard risque d'augmenter sur les leaders et atteindre une petite journée à la longitude du cap de Bonne Espérance. Pour Samantha Davies, en fin de groupe, la route sud peut sembler bien tentante. Stratégie pour le groupe Apicil, Omia : La porte de la route directe s'est refermée et leur route continue vers le sud et les dépressions australes. Leur retard peut atteindre 3-4 jours à la longitude du cap de Bonne Espérance. Bleu : route directe LinkedOut. ETA Longitude de Cape Town fin de semaine prochaine.
Orange : route directe PRB. Ecart entre une demie et une journée.
Rouge : route Apicil. Ecart 3 à 4 jours.