Voile - Vendée Globe - Problèmes techniques en série pour Yannick Bestaven (« Maître Coq IV »)

L'Equipe.fr
·3 min de lecture

Yannick Bestaven a reconnu avoir de multiples avaries sur son voilier, qui l'empêchent de ferrailler à l'avant. En tête du Vendée Globe, Charlie Dalin et Louis Burton commencent une large boucle ouest dans l'Atlantique nord. L'incertitude demeure la plus tenace des qualités de ce Vendée Globe 2020-2021. À une dizaine de jours de l'arrivée potentielle, la régate continue pour les marins en tête. Lundi soir, Charlie Dalin (Apivia) était encore pointé en tête devant Louis Burton (Bureau Vallée 2), tous deux ayant mis le cap au nord-ouest pour bénéficier de vent au portant tribord amure. Mais les choix faits par les uns et les autres rendent ce pointage moins pertinent. Prenez Damien Seguin (Groupe Apicil), pointé 3e, mais bien plus en retrait et à l'est que ses concurrents Thomas Ruyant (LinkedOut, 4e) et Boris Herrmann (SeaExplorer, 7e) qui filent vers le nord-ouest : il semble tenter la stratégie du « perdre un peu maintenant pour gagner davantage plus tard ». Autrement dit, accepter de naviguer un temps le vent dans le nez vers le nord-est lundi pour ensuite bénéficier d'une trajectoire nord-ouest plus directe, décalée latéralement par rapport aux petits camarades. Et ainsi gagner de précieux milles lorsqu'il s'agira de virer de bord à nouveau vers le nord-est en direction du cap Finisterre. Bestaven affaibli par des problèmes techniques L'ancien leader Yannick Bestaven, très longtemps en tête dans le Pacifique puis au passage du cap Horn, a reconnu avoir des dégâts sur son Maître Coq IV depuis le passage dans l'Atlantique sud : « Je n'ai plus un bateau intact depuis le cap Horn. Lors du passage, j'ai pris une grosse dépression. J'ai fait un énorme planté qui a balayé toute la plage avant du bateau, révélait le skippeur lundi lors d'une vacation avec le PC course. Je n'ai plus de balcon, plus d'enrouleur et il y a certaines voiles dont je ne peux plus me servir. J'ai essayé de réparer au mieux, de tenir mais j'ai eu besoin de faire beaucoup de changements de voiles, et il y a des voiles de petit temps que je ne pouvais pas utiliser. » Un désavantage lorsqu'il a fallu passer le Pot au noir, cette zone de vent instable propice à des bulles sans brise. Et qui l'empêche désormais de se battre aux avant-postes pour la victoire finale.
Le pointage du Vendée Globe (lundi à 22 heures) 1. Charlie Dalin (Apivia) à 2 794,8 milles de l'arrivée
2. Louis Burton (Bureau Vallée 2) à 78,6 milles du premier
3. Damien Seguin (Groupe Apicil) à 112,6 milles
4. Thomas Ruyant (LinkedOut) à 121,9 milles
5. Yannick Bestaven
(Maître Coq IV) à 124,4 milles (*)
6. Giancarlo Pedote
(Prysmian Group) à 161 milles
7. Boris Herrmann (Seaexplorer-Yacht Club de Monaco) à 163,5 milles (*)
8. Benjamin Dutreux (OMIA-Water Family) à 190,5 milles
9. Jean Le Cam (Yes we Cam !) à 271,9 milles (*)
10. Maxime Sorel (V And B Mayenne) à 489,2 milles

(*) Le jury international a accordé 16h15' de compensation à Jean Le Cam, 10h15' à Yannick Bestaven et 6h à Boris Herrmann pour avoir participé à la recherche et au sauvetage de Kevin Escoffier. Ces temps seront retranchés de leur chrono à leur arrivée aux Sables-d'Olonne. Le pointage effectué en milles marins ne prend pas en compte ces bonifications, exprimées en temps.