Voile - Vendée Globe - Vendée Globe : Jean Le Cam fait toujours de la résistance

L'Equipe.fr
·3 min de lecture

À bord de son vieux bateau (Yes We Cam), Jean Le Cam (61 ans) résiste encore aux foilers de nouvelle génération. Ce vendredi, à 10 heures, il pointait au deuxième rang derrière Alex Thomson (Hugo-Boss). Après avoir été plusieurs fois leader de la flotte depuis le départ aux Sables d'Olonne, dimanche à 14h20, Jean Le Cam faisait toujours jeu égal avec les foilers de dernière génération ce vendredi. Au classement de 10 heures, il pointait en deuxième position, à 39 milles du leader, le Britannique Alex Thomson sur Hugo-Boss. Comme le dit Jacques Caraës, directeur de course, le doyen de la flotte (61 ans) réalise « un sans-faute » à la barre de son vieux monocoque (Yes We Cam ) à dérives droites lancé en janvier 2007 et reboosté depuis. Un bateau qui a remporté le Vendée Globe 2008-2009 avec un certain... Michel Desjoyeaux et sur lequel Jean Le Cam a gagné la Barcelona World Race 2014 avec Bernard Stamm. Jean Le Cam « Derrière, je vais les voir filer, les foilers ! Mais tant qu'à faire, papy fait de la résistance » Ce vendredi matin à la vacation, le skippeur est revenu, avec humour et dérision, sur son début de course. « Ça n'a pas été de tout repos, c'est sûr, ce n'était pas la bordure d'anticyclone qu'on aurait pu avoir. C'était assez copieux comme situation, mais on fait avec. On est quand même à quatre jours de course, et je suis en même temps que le groupe des foilers ! » « Donc ce n'est pas normal, poursuit-il. On savait qu'il y avait quelque chose de pas normal, mais on ne savait pas quoi. Mais comme quoi, on prévoit toujours plein de choses, on se gargarise, on fait du blabla dans les journaux... En fait, l'autre jour, on m'a dit : "bien dire fait rire, bien faire fait taire", je voulais l'écrire en gros dans mon bateau ! » lire aussi Thomson conserve la tête devant Le Cam Concernant la suite, le marin ne se berçait guère d'illusion. « Derrière, je vais les voir filer, les foilers. Mais tant qu'à faire, papy fait de la résistance ! Je suis à 70 milles du centre de la dépression Theta. Je suis sous grand-voile seule, j'attends de voir ce que je vais faire. Je dis toujours, il ne faut pas confondre vitesse et précipitation. Là, je suis tranquille, il y a le vent qui monte tranquillement, ça ne sert à rien que je foute une toile qui ne va plus correspondre dans une demi-heure. Ça c'est le pire, tu déroules, tu re-roules... » Le Cam fait ensuite du Le Cam dans le texte. « Je suis content que les gens soient avec moi parce que ce n'est pas une aventure facile, continue-t-il. Je ne peux pas ne pas être content ! Si je ne suis pas content là, alors je ne serai jamais content ! Donc je suis content. J'ai mangé un cassoulet ce matin, je trouvais que le cassoulet allait bien avec la dépression. Il ne va pas avec l'anticyclone mais plutôt avec la dépression. Ça c'est notre culture de Bretagne. Sinon, j'ai du ris de veau à faire mais je vais attendre un peu. »