Volley - Coupe de la CEV (H) - Montpellier déclare forfait en Coupe de la CEV

·1 min de lecture

Après la vague de cas de Covid subie en décembre, le Montpellier HSC Volley a déclaré forfait pour son huitième de finale de Coupe de la CEV (C2) contre les Russes de Kemerovo. Qualifié pour les huitièmes de finale de la Coupe de la CEV (C2) contre Kemerovo, Montpellier n'affrontera pas son adversaire russe, les 12 et 19 janvier. Le club héraultais a décidé de déclarer forfait devant l'incertitude de la situation sanitaire, après avoir subi une série de cas de Covid dans son effectif le mois dernier, qui avait entraîné le report des matches de Ligue A contre Paris et Tourcoing. La Confédération européenne (CEV) en a pris acte sur son site officiel, donnant le MHSC perdant des deux matches sur le score de 3-0. « En décembre, nous avions deux joueurs blessés (Théo Faure et Julien Lecat) et quatre autres positifs au Covid sur un effectif de douze, et les matches étaient programmés mi-janvier, au pic annoncé de la pandémie, explique Jean-Charles Caylar, le président montpelliérain. Nous nous sommes rapprochés des Russes et de la CEV pour voir s'il y avait moyen de s'organiser autrement, de décaler les matches à février ou d'organiser les 8es de finale et les quarts dans une bulle sanitaire comme l'an passé, mais ce n'était pas possible. Pour nos adversaires comme pour nous, cela représentait un voyage de 7000 km, 20 heures de voyage dans chaque sens, et un vrai risque dans les transports. On suppose que c'est dans les aéroports, lors du tour précédent contre Olympiakos (3-0, 3-2), que l'on a ramené le Covid. Nous avons donc fait le choix de renoncer. C'est dommage, car on avait notre mot à dire dans la compétition. » Jean-Charles Caylar, le président de Montpellier « On ne voulait pas sacrifier le Championnat de France pour une aventure européenne perturbée » Le dirigeant assure qu'il ne s'agit pas d'un choix économique, alors que les déplacements en Russie sont toujours particulièrement coûteux. Il y a cependant clairement une dimension sportive pour un club candidat au titre, mais seulement 5e du classement aujourd'hui (avec deux matches de moins que ses rivaux) : « On ne voulait pas sacrifier le Championnat de France pour une aventure européenne perturbée », reconnaît Caylar, qui n'a pour l'heure pas eu connaissance d'une éventuelle sanction de la CEV pour ce forfait. À la veille du match de la 14e journée de Ligue A à Poitiers, mardi, les quatre joueurs touchés par le Covid sont à nouveau aptes, mais les deux blessés sont toujours indisponibles, et ce sont des membres du staff qui sont désormais positifs. lire aussi toute l'actu du volley-ball

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles