Volley - Euro (F) - Axelle Guiguet, DTN du volley français :

·3 min de lecture

La DTN Axelle Guiguet apprécie le beau parcours des joueuses de l'équipe de France, qui vont affronter la Croatie en huitièmes de finale demain (17 heures, en direct sur notre site). Et y voit le témoignage de la montée en puissance du volley féminin et des efforts consentis pour sa structuration.

Vous attendiez-vous à ce que les Bleues, 21es de l'Euro 2019 et versées dans une poule compliquée, soient aujourd'hui dans le top 16 européen ?
L'objectif était clairement de sortir des poules, pour marquer une évolution sur ces dernières années. On voit là une équipe qui progresse. Et elles sont sorties d'une poule très difficile (avec Russie et Serbie), et même s'il reste évidemment du chemin à faire, avec les résultats qu'elles ont fait dans cette poule, elles viennent valider tout le travail entrepris depuis quelques années.

Ce n'est donc pas une surprise ?
Non, et je suis fière de vous dire non, l'objectif c'était un 8e et pourquoi pas un quart ? Mais la belle surprise est venue du match contre la Belgique (victoire 3-1), par la qualité du jeu qu'elles ont proposé, et la manière dont elles l'ont fait. On a vu des joueuses engagées, qui mentalement progressent. Et c'est un bel indicateur d'avoir à ce point accroché la Belgique puis de la battre.

D'autant que cette équipe est très verte (22 ans de moyenne d'âge) et la coach n'hésite pas à envoyer en jeu des jeunes, comme Halimatou Bah (17 ans) qui a été efficace contre les Belges.
Halimatou est un peu le symbole du projet engagé depuis 2017 avec le Pôle France, qui joue à deux niveaux en Championnat, au niveau fédéral et en pro. On a parfois eu du mal à faire entendre ce projet, mais tout le sens était de donner de l'expérience à des jeunes filles en formation, tout en leur permettant de s'aguerrir face à des joueuses de haut niveau. Et je suis très heureuse que ce système commence à faire ses preuves. Il y a deux ans, notre équipe juniors était en demi-finales de son Euro, et c'était déjà un bon indicateur.

Les pensez-vous capables, sur leur dynamique actuelle, d'aller chercher un quart de finale ce dimanche face aux Croates ?
La Croatie est un gros morceau. Je ne sais pas quelle sera l'issue du match, mais je souhaite que les filles continuent à engranger de la confiance, à exprimer leur talent. Elles sont dans une énergie plutôt positive, dans un esprit de conquête intéressant. Au dernier Euro (2019), je voyais des regards de filles qui avaient peur de perdre. Ce n'est pas leur cas. Elles doivent continuer à s'exprimer sans complexe. Une fois qu'on a battu la Belgique, on peut raisonnablement penser qu'on peut réussir quelque chose sur ce huitième de finale. Un peu dans le même état d'esprit que celui qui a porté nos garçons (champions olympiques à Tokyo). Je dirais que nos deux équipes de France incarnent cette espèce d'énergie décomplexée qu'il y a dans le volley français aujourd'hui. »

lire aussi
Toute l'actu du volley

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles