Volley - Euro (H) - Hubert Henno, après la victoire de l'équipe de France face à la Slovaquie : « Je les ai sentis très à l'aise »

·3 min de lecture

L'ancien international Hubert Henno, entraîneur de Nantes-Rezé et consultant pour France TV pendant les Jeux Olympiques, a vu une équipe de France ambitieuse et heureuse de se retrouver face à la Slovaquie ce vendredi soir. En attendant de voir comment les Bleus vont gérer leur statut de favori. Hubert Henno (entraîneur de Nantes-Rezé) après le premier match des Bleus à l'Euro : « Il était important pour les Français de bien commencer cet Euro, et d'avoir un adversaire largement abordable, pour des raisons physiques. Ils ont fait le taf, et je pense qu'ils ont géré. Les mecs sont visiblement en forme. On aurait pu penser qu'après les Jeux ils soient un peu mis de côté, mais en fait, ils veulent être champions d'Europe, et je crois qu'ils vont y aller crescendo. On sent qu'ils en ont encore sous le pied, je pense qu'Earvin (Ngapeth) n'a pas trop forcé, que Benjamin (Toniutti) a bien alterné le jeu, il ne s'est pas contenté de jouer la sécurité à chaque fois. Je les ai sentis très à l'aise. Ils ont une énorme qualité, c'est qu'ils arrivent à très bien jouer quand ils sont décontractés. Alors qu'auparavant, les équipes de France étaient capables de gagner contre un favori, mais pouvaient perdre contre une équipe plus faible parce que les joueurs étaient décontractés. Eux ont cette capacité à gagner quand il faut. Hubert Henno « Tu as vécu les Jeux, tu es champion olympique, tu es heureux de retrouver les mecs. Je pense qu'ils veulent faire une fête de cet Euro » On voit clairement qu'ils sont contents de jouer ensemble. Tu as vécu les Jeux, tu es champion olympique, tu es heureux de retrouver les mecs. Je pense qu'ils veulent faire une fête de cet Euro. Ils ont atteint un truc incroyable, une crédibilité au niveau international. Ils auraient pu se dire : "C'est bon, c'est fait", mais je pense qu'ils se sont mis en tête de tout gagner. La France est devenue l'équipe à battre, c'est nouveau. Les adversaires vont jouer à 100 %. Les Russes (battus en finale aux JO) vont être revanchards même s'ils ont perdu leur pointu, les Polonais (éliminés en quarts à Tokyo par les Bleus) vont être remontés comme des pendules. La Serbie et la Slovénie, absentes des Jeux, vont vouloir se payer la France... Il va être intéressant de voir comment (le sélectionneur Bernardo) Rezende va gérer ça. Pour l'instant, on ne peut pas voir sa patte dans le jeu, mais dans ses choix de sélection oui, c'est certain. Face à la Slovaquie il a voulu se rassurer, il n'a pas pris trop de risques (sur le six de départ, entièrement composé de champions olympiques). Je dirais que maintenant, c'est lui qui a la pression, car qui de mieux que l'ancien champion olympique (avec le Brésil) pour prendre la place du récent champion olympique ? » lire aussi Calendrier et résultats du groupe des Bleus

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles