Volley - JAP - Laurent Tillie évoque « un honneur et un peu un rêve » au sujet de son expérience au Japon

·2 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Laurent Tillie, qui entame sa deuxième saison au Japon à la tête des Panthers d'Osaka, espère moderniser et faire progresser le volley nippon. « Que vous apporte cette expérience japonaise après tant d'émotions en équipe de France ?
Au début, je me voyais plutôt comme coach assistant d'une grande université aux États-Unis, près de mon fils (Killian Tillie, son fils cadet, évolue à Memphis en NBA). Et puis j'ai reçu un coup de fil du Japon. On ne le sait peut-être pas en Europe, mais c'est un grand pays de volley. Ils sont champions olympiques (les Japonaises ont remporté deux médailles d'or en 1964 à Tokyo et en 1976 à Montréal), ils ont inventé les manchettes, les combinaisons du jeu moderne. Les ballons Mikasa c'est encore eux. C'est un honneur et c'est un peu un rêve. lire aussi La marche de l'emepeur Tillie Que pouvez-vous leur apporter ?
Je veux mettre le jeu au coeur du projet. Au Japon, les sportifs travaillent beaucoup la technique et la théorie. Il faut qu'ils continuent à s'entraîner dur, tout en travaillant l'efficacité. Au niveau de la formation, ils font un volley démodé, avec des chorégraphies magnifiques mais inutiles. Le volley aujourd'hui c'est vite, haut, explosif. Je veux faire tourner l'effectif pour motiver tout mon groupe, c'est un concept nouveau pour eux. « Tous les acteurs du volley japonais sont conscients qu'il y a une chance unique de surfer sur la vague » Le club attend de vous beaucoup sur et en dehors du terrain...
Oui, comme dans le recrutement : il faudrait sortir les joueurs du système scolaire pour les mettre avec les pros dès 17 ans. On va récupérer pour quatre mois notre premier joueur de 18 ans. Il a fallu négocier avec l'école et la Ligue. Justement, le président de la V League (Kenji Shimaoka) parle haut et fort de Paris 2024.
C'est aussi le président de la Fédération. J'ai eu une longue discussion avec lui. Tous les acteurs du volley japonais sont conscients qu'il y a une chance unique de surfer sur la vague (les hommes ont atteint les quarts de finale des derniers JO), et viser une grosse performance à Paris. lire aussi Toute l'actu volley Le volley japonais est-il en plein essor ?
Avant les JO, ils ont battu la Russie (finaliste des derniers Jeux) lors de la Ligue des nations (3-2, le 30 mai), c'est une grosse performance. Ils ont plusieurs joueurs qui évoluent dans les meilleurs Championnats étrangers. Philippe Blain est à la tête de l'équipe nationale. Il y a aussi des bons joueurs ici en Championnat. C'est un tournant. Plus de plongeons, comme vous l'avez réalisé aux JO lors du match contre la Pologne, en vue ?
Avant le début de la saison, on a donné une grande fête avec toute l'équipe, pour les supporters. J'ai plongé une dernière fois, c'était inévitable. »

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles