Volley - Ligue B (H) - Saint-Jean-d'Illac et Rennes, en ouverture de la Ligue B, ont le sang bleu

·1 min de lecture

Saint-Jean-d'Illac contre Rennes : deux collectifs 100 % français s'affronteront en ouverture de la Ligue B, samedi soir (19 heures). Une rareté au niveau professionnel, fruit d'une volonté de promotion des jeunes talents locaux.

On a eu beau chercher dans les archives, on n'a pas trouvé. Samedi soir, pour la première journée de Ligue B, le club de Saint-Jean-d'Illac accueillera Rennes (19 heures). Un match entre deux clubs ambitieux, qui ambitionnent à plus ou moins brève échéance de se faire une place à l'étage supérieur. Mais en suivant tous deux un axe fort, rarissime au niveau professionnel, avec deux effectifs uniquement composés de joueurs français.

« Il s'agit de notre deuxième saison avec ce concept, détaille l'ex réceptionneur Hugo Mouliner (35 ans), devenu le directeur sportif de Saint-Jean-d'Illac durant l'été. C'est un challenge, avec pour but de donner du temps de jeu à des jeunes talents avec Paris 2024 en toile de fond. Il n'y a évidemment aucun sectarisme mais, quand on recrute, on regarde principalement des Français qui répondent à nos critères sportifs, humains et financiers. Les joueurs qui nous rejoignent ont aussi l'impression de vivre quelque chose d'unique. On leur vend un projet. »

C'est notamment le cas de Maxime Capet (24 ans à la fin du mois d'octobre), qui après deux saisons à Tours sur le banc comme doublure en pointe (2018-2020), s'affirme au poste de réceptionneur-attaquant. Dans la banlieue bordelaise ouest, le fils de l'ex international médaillé de bronze au Mondial 2002 et vice-champion d'Europe 2003 Laurent Capet, est venu chercher du temps de jeu et des responsabilités « qu'il assume de mieux en mieux », selon Moulinier.

lire aussi
Toute l'actualité du volley

Au total, 9 joueurs de l'effectif de l'ASI ont déjà évolué en Ligue A contre 7 au REC Volley, confortant l'idée d'une Ligue B en véritable antichambre de l'élite française avec également la présence des espoirs nationaux du Centre national (CNVB). « À mon sens, c'est à cela que doit ressembler ce Championnat, poursuit Moulinier. Le concept séduit aussi les partenaires privés et publics. C'est aussi une manière différente de communiquer. » Et de se faire remarquer.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles