Volley - Ligue A (H) - Narbonne annonce deux nouvelles recrues et boucle son effectif

L'Equipe.fr
L’Equipe

Jérémie Ribourel, président du Narbonne volley, a annoncé l'arrivée du Brésilien Allan Verissimo et de l'Argentin Martin Ramos, et confirmé la signature de l'Allemand Simon Hirsch et de l'Argentin Nicolas Uriarte. Le président du Narbonne volley a choisi Facebook et Instagram pour annoncer, en live, l'arrivée de deux nouveaux joueurs pour la saison prochaine. Les Centurions pourront ainsi compter sur le réceptionneur-attaquant brésilien Allan Verissimo (30 ans, 1,88 m), en provenance de Chypre. « Un zébulon, hargneux, qui saute haut, avec beaucoup de caractère », selon Jérémie Ribourel. Le central argentin Martin Ramos (28 ans, 1,97 m), médaillé de bronze au Mondial des clubs en 2014, viendra également grossir les rangs occitans. Il remplacera l'Espagnol Alejandro Vigil, qui a quitté le club. Jérémie Ribourel, président du Narbonne volley « On a une équipe beaucoup plus armée. Et maintenant, nous avons un banc, ce qui nous avait manqué la saison dernière » Ces deux arrivées complètent le recrutement de Narbonne, avant-dernier de Ligue A au moment de l'arrêt des championnats. Jérémie Ribourel a en effet confirmé la présence dans le prochain effectif de l'Allemand Simon Hirsch (28 ans, 2,04 m), finaliste du Championnat d'Europe 2017, « un pointu de métier » qui évoluait à Milan. Et celle de l'Argentin Nicolas Uriarte (30 ans, 1,92), qui remplacera Rafael Redwitz au poste de passeur. « Le coach (Guillermo Falasca) avait envie d'un joueur plus jeune à ce poste, il est ce qui se fait de mieux », assure le président. S'il jouait en Argentine la saison dernière, Uriarte avait notamment été champion de Pologne en 2015. « La salle nous a permis de bâtir un budget plus élevé, on a une équipe beaucoup plus armée. Et maintenant, nous avons un banc, ce qui nous avait manqué la saison dernière », a conclu Ribourel. Reste à savoir quand débutera le prochain championnat, Narbonne, comme Tours, étant opposé à une reprise à huis clos.

Faire défiler pour accéder au contenu
Annonce

À lire aussi