Volodymyr Zelensky à Rome, Berlin annonce une importante aide militaire

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky rencontre samedi à Rome, pour sa première visite en Italie depuis l'invasion russe, la cheffe du gouvernement Giorgia Meloni et le pape François, tandis que Berlin a annoncé une aide militaire de 2,7 milliards d'euros à Kyiv.

"Aujourd'hui à Rome. Je rencontre le président italien Sergio Mattarella, la Première ministre italienne Giorgia Meloni et le pape. Une visite importante pour se rapprocher de la victoire de l'Ukraine", a écrit M. Zelensky sur Twitter.

Selon des fuites dans les médias allemands, le président ukrainien pourrait se rendre en Allemagne, après son étape italienne, pour rencontrer dimanche les dirigeants du pays, et y recevoir le Prix européen Charlemagne au moment où Berlin, qui n'a pas confirmé officiellement cette visite, a annoncé une importante aide militaire à Kyiv.

Faire défiler pour accéder au contenu
Annonce

Le gouvernement allemand a indiqué un peu plus tôt samedi préparer un nouveau plan d'aide militaire à l'Ukraine de 2,7 milliards d'euros, incluant la livraison de nombreux chars, blindés et systèmes de défense antiaérienne.

"Nous souhaitons tous la fin rapide de cette guerre atroce de la Russie contre le peuple ukrainien (...). C'est pourquoi l'Allemagne apportera toute l'aide qu'elle pourra, aussi longtemps que nécessaire", a expliqué le ministre allemand de la Défense Boris Pistorius dans un communiqué.

Les livraisons en préparation incluent notamment 30 chars Leopard-1 A5 supplémentaires, 20 nouveaux véhicules blindés de type Marder et plus d'une centaine d'autres véhicules blindés de plus petite taille, 200 drones de surveillance, 4 nouveaux systèmes de défense antiaérienne Iris-T et leurs plateformes de lancement, de nombreux missiles pour la défense antiaérienne, 18 canons de type Howitzer et des munitions.

Cette aide "montre directement que (...) la Russie est condamnée à perdre", s'est félicité sur Twitter le conseiller à la présidence ukrainienne Mykhaïlo Podoliak, en se réjouissant du soutien "démonstratif" des alliés occidentaux à Kyiv après près de 15 mois de guerre.

Les pays occidentaux ont multiplié ces derniers jours leurs annonces d'aide militaire à l'Ukraine, provoquant la colère de Moscou.

La Russie a qualifié vendredi la décision prise la veille par le Royaume-Uni de fournir des missiles à longue portée à Kyiv de mesure "extrêmement hostile", accusant Londres de chercher une "aggravation sérieuse" du conflit.

Visite sous haute sécurité

"L'Italie souhaite la bienvenue au président ukrainien Volodymyr Zelensky. Nous renouvelons notre engagement aux côtés du peuple ukrainien, en défense de la liberté et de la démocratie", a tweeté le chef de la diplomatie italienne Antonio Tajani.

La visite du président ukrainien se déroule sous haute sécurité, de nombreuses patrouilles de police circulant dans Rome tandis que des motards des forces de l'ordre attendent garés à des angles de rues stratégiques, a constaté l'AFP.

Des tireurs d'élite ont également été déployés sur les toits et une interdiction de survol de la ville a été décrétée.

Le pape, âgé de 86 ans, qui a déjà accueilli M. Zelensky au Vatican en février 2020, a appelé à de très nombreuses reprises à la paix en Ukraine et prie pour ses victimes presque chaque semaine lors de son audience générale.

Le mois dernier, il a rencontré le Premier ministre ukrainien Denys Chmygal, qui l'a invité en Ukraine et lui a demandé son aide pour le retour des enfants emmenés de force en Russie.

Ce samedi, en recevant des ambassadeurs au Vatican, le pape a de nouveau rappelé "la guerre en Ukraine qui porte des souffrances et des morts indicibles".

Le président ukrainien a rencontré en milieu de journée Giorgia Meloni qui s'était rendue en février à Kyiv pour confirmer le soutien de l'Italie à l'Ukraine, en dépit des liens étroits que la péninsule entretenait avec la Russie avant son invasion du territoire ukrainien en février 2022.

"J'ai voulu (venir à Kyiv) pour réitérer le soutien total de l'Italie à l'Ukraine face à l'agression russe, et réaffirmer que l'Italie n'a pas l'intention de faiblir", avait alors déclaré Mme Meloni durant une conférence de presse avec M. Zelensky.