Voltige équestre, une discipline de haut vol

Les Championnats du monde d'équitation débutent ce week-end à Herning, au Danemark. Petit éclairage sur l'épreuve de la voltige, où la France brille.

Une très longue histoire
La voltige à cheval a vu le jour dès le Ve siècle avant JC dans les steppes d'Asie centrale, en Chine. On l'a pratiquée dans la Grèce antique, chez les Huns et les Mongols de Gengis Khan. On la retrouve également sur les bas-reliefs des temples d'Angkor.

Codifié au Moyen Âge, l'art de la voltige est pratiqué par l'aristocratie française et italienne. Gargantua s'y exerce sous la plume de Rabelais. Montaigne, grand cavalier, l'évoque dans ses Essais. La discipline s'est aussi beaucoup développée dans l'Angleterre du XVIIIe siècle, où brilla l'un des premiers champions connus, Thomas Johnson.

La voltige est présente aux Jeux Olympiques de 1920 à Anvers, où le Belge Daniel Bouckaert remporte le titre. Le Plat Pays sera également sacré par équipes devant les Français Salins, Cauchy et Field, ce dernier raflant également la médaille d'argent lors de l'épreuve individuelle.

lire aussi
Le sacre de Lambert LeClézio en 2018

Aujourd'hui, les voltigeurs mènent campagne pour réintégrer le programme olympique. En 2019, le Français Lambert LeClézio, double champion du monde (le cavalier a également remporté le titre mondial en 2016 sous les couleurs de l'île Maurice), a ainsi participé à une démonstration à Lausanne devant le Comité international olympique dans le but de voir l'épreuve figurer aux Jeux de la Jeunesse. Peut-être l'opportunité d'une reconversion olympique pour Renaud Lavillenie, qui pratiquait cette discipline avant de se consacrer au saut à la perche...

Un grand spectacle
« La voltige est un mélange de gym et de danse sur un cheval lancé au galop », résume Lambert LeClézio, 25 ans. « On peut la rapprocher du patinage artistique, poursuit le champion, à ceci près qu'on évolue sur un cheval en mouvement. Cette double dimension, acrobatique et gestion de l'équilibre, et le fait d'évoluer sur un être vivant constitue la difficulté de notre sport », poursuit le cavalier.

lire aussi
La sélection française pour les Championnats du monde équestre

Et de conclure: « Il faut établir une relation de confiance avec l'animal, car un agrès, ça ne change pas, tandis qu'un cheval a ses bons et ses mauvais jours... On sélectionne des montures avec des critères stricts. Un bon cheval de voltige doit être calme, pas incommodé par l'environnement, et donc bien dans sa tête. Il doit également être grand, fort et constant. »

Des programmes en musique
« Tous nos programmes sont en musique, explique Lambert LeClézio. Nous avons trois passages. D'abord, un programme avec huit figures imposées, qui représente 25 % du résultat. Puis un programme technique comptant pour 25 %. Et enfin le Libre. Soit une minute pour présenter un ensemble que l'on a pensé entièrement et qui représente 50 % du résultat final. »

Un champion du monde français
« J'ai commencé l'équitation classique à l'île Maurice (où le champion est né le 5 mai 1997), raconte LeClézio. Je faisais aussi du karaté, de la capoeira, de la gym... Mon club d'équitation proposait l'activité voltige. Assez rapidement, une juge qui s'occupait du développement de la discipline sur le continent africain m'a fait venir en stage en Afrique du Sud. J'ai commencé à participer à des compétitions internationales. Je suis ensuite venu en France, où j'ai intégré le sport-études de voltige du Mans. J'ai alors obtenu la nationalité française avant d'intégrer le Pôle France de Saumur, en 2017. L'année suivante, je suis devenu champion du monde à Tryon, aux États-Unis. Ma figure signature est un flip que je réalise en sautant du cheval en latéral, puis en tapant au sol. Puis, sur la foulée suivante, je remonte sur le cheval en faisant un flip. »

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles