Waldemar Kita (Nantes) : « On est obligés de monter en puissance »

Au stade de la Beaujoire, ce dimanche soir, le président nantais Waldemar Kita a réagi au succès en finale de Coupe de France contre Nice (1-0). Le premier titre des Canaris depuis qu'il dirige le club (2007).

« Comment appréciez-vous ce titre en Coupe de France ?
C'est un beau cadeau pour le club, la ville, les fans. Quand on voit cette ambiance au Stade de France, c'est magnifique. On ne demande qu'une chose : recommencer.

lire aussi

Dans les tribunes du Stade de France aussi, Nantes était plus fort

À quoi avez-vous songé au coup de sifflet final ?
Je ne sais pas à quoi j'ai pensé, j'étais très heureux, assez stressé dans les dix dernières minutes. Mais on est restés très solides, très bien organisés. On sentait l'envie de gagner cette Coupe, l'état d'esprit positif développé depuis plusieurs mois, avec des garçons très bien élevés et travailleurs.

Quels joueurs vous ont impressionné ?
Tous. Dix sur dix. Je ne suis pas objectif. Mais il y avait la volonté, la solidarité.

« Ça me donne une certaine satisfaction, celle de montrer que le travail paie à un moment ou à un autre »

Sur le plan personnel, que représente ce titre ?
Ça me donne une certaine satisfaction, celle de montrer que le travail paie à un moment ou à un autre.

C'est une récompense assez inespérée, quand on se rappelle que Nantes était au bord de la L2 il y a un an...
Les saisons ne se ressemblent pas. On a mis en place des moyens, des hommes, on avait retenu (Alban) Lafont, on n'avait pas laissé partir (Ludovic) Blas, ni (Moses) Simon, ni (Andrei) Girotto, courtisé par des clubs des pays du Golfe et un au Brésil. On a amélioré des contrats, avec 3,5 millions d'euros de plus pour la masse salariale. On a suivi la philosophie du staff.

« Kombouaré ? Aujourd'hui, il n'y a rien à dire, c'est normal que tout le monde se pose des questions »

Comment envisagez-vous la suite, avec la Ligue Europa en plus ?
On va prendre du recul, voir comment on peut s'organiser. C'est une autre dimension. On va essayer de retenir tous les joueurs, ce ne sera pas facile. Il faut qu'on discute avec le coach. On est obligés de monter en puissance, c'est une obligation.

Kombouaré a notamment dit qu'il était indécis quant à son avenir, alors qu'il a encore un an de contrat...
Aujourd'hui, il n'y a rien à dire, c'est normal que tout le monde se pose des questions. Après, on a donné les moyens pour que ça réussisse.

Allez-vous essayer de le prolonger ?
Je vous ai dit, on verra ça, il reste dix-quinze jours. Par délicatesse, je vais d'abord en parler à l'intéressé.

lire aussi

« Une soirée gravée à vie » pour Kolo Muani

Coco : «On a fêté comme il se doit ! »

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles